Bertrand Cantat et le Théâtre de la Colline: des militantes ont tenté d'empêcher un spectacle

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Bertrand Cantat sur scène au Printemps de Bourges en 2014 - Guillaume Souvant - AFP
Bertrand Cantat sur scène au Printemps de Bourges en 2014 - Guillaume Souvant - AFP

Une trentaine de militantes féministes ont tenté vendredi de bloquer l'accès au Théâtre de La Colline à Paris, où se jouait la première d'un spectacle dont la musique a été composée par Bertrand Cantat, condamné pour le meurtre de sa compagne Marie Trintignant.

Arrivées peu avant 20 heures, les militantes, bonnets et masques noir sur le visage, ont voulu verrouiller les portes du théâtre, dirigé par Wajdi Mouawad, à l'aide de cadenas, avant d'être repoussées par des policiers, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Cantat assassin, Mouawad complice!", "Il l'a tuée et vous l'applaudissez!", "Défendez les victimes!", ont-elles scandé. "Le but est d'empêcher la pièce", a dit l'une d'elles à l'AFP, sans donner son identité. Peu avant 21 heures, elles ont quitté les lieux et le public a pu entrer dans la salle. Intitulé Mère, le spectacle, créé et mis en scène par Wajdi Mouawad, devait commencer à 20h30.

Wajdi Mouawad n'a pas voulu "se substituer à la justice"

Les activistes dénonçaient la tenue de ce spectacle dont la programmation musicale a été confiée au musicien Bertrand Cantat, condamné en 2003 pour le meurtre de Marie Trintignant.

La révélation mi-octobre de cette collaboration, au sein d'un des six théâtres nationaux, avait fait polémique, en plein mouvement #MeTooThéâtre de dénonciation des violences sexuelles dans le milieu du théâtre français. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot avait dit "regretter" que le musicien ait été "invité" à créer la musique du spectacle.

876450610001_6278223791001

De son côté, le directeur du théâtre Wajdi Mouawad avait refusé de déprogrammer Bertrand Cantat ou encore le metteur en scène Jean-Pierre Baro, arguant ne pas vouloir se "substituer à la justice" ni participer à un mouvement "unilatéral" qui "ne souffre d'aucune nuance".

Jean-Pierre Baro met en scène une autre pièce pour La Colline. Il a été visé par une plainte pour viol classée sans suite. Bertrand Cantat a été condamné à huit ans de prison en 2003. Il en a effectué quatre avant de bénéficier d'une libération conditionnelle en 2007. Son contrôle judiciaire a pris fin en 2011.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles