Bernard Lavilliers de retour avec "Sous un soleil énorme", album d'un baroudeur en confinement

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Bernard Lavilliers, le 26 octobre 2021. - BFMTV
Bernard Lavilliers, le 26 octobre 2021. - BFMTV

876450610001_6281417762001

Il est l'éternel baroudeur de la chanson: les voyages, c'est là que Bernard Lavilliers puise son inspiration. L'éternel voyageur, qui a arpenté à pieds Buenos Aires 3 mois durant, raconte cette "jubilation de se déplacer dans une ville qu'[il] ne connai[t] pas du tout". "La marche me donne envie d'écrire", livre-t-il. Sur place, spectacles et concerts ont aussi nourri son inspiration.

Seulement voilà: Covid oblige, il a dû écourter son séjour argentin. Impossible, par la suite, d'y retourner. C'est pourquoi l'album qu'il dévoile ce vendredi, Sous un soleil énorme, a dû être conçu à distance. Et enregistrer en télétravail, ce n'est pas vraiment son truc:

"Si on est ensemble ça prend une heure, même pas. Si on est à distance, ça prend une semaine", compare-t-il pour BFMTV. "J'ai vraiment râlé. Et comme je suis un grand râleur, je peux vous dire que ça a résonné."

Se confiner pour se ressourcer

Le confinement a malgré tout eu du bon. Bernard Lavilliers a pu se ressourcer, chanter sa ville de Saint-Etienne avec le duo Terrenoire (sur le titre Je tiens d'elle) ou encore rendre hommage à Bob Dylan et son titre Who Killed Davey Moore (1963), avec la chanson Qui a tué Davy Moore?. Une piste sur laquelle il reçoit la visite d'Izïa Higelin, Eric Cantona, Hervé et Gaëtan Roussel.

https://www.youtube.com/embed/lRwYeGATgYE?rel=0

Sur les 11 morceaux qui composent Sous un soleil énorme, le chanteur de 75 ans a choisi de sortir Le Coeur du monde comme premier single en septembre dernier. Un titre qui rappelle forcément qu'il a subi une opération du coeur:

J'ai un coeur tout neuf", déclare-t-il. "Ma premiere activité, en me disant 'Ils m'ont mis une bon rustine, tout va bien', c'est d'écrire. C'est la chose que j'ai fait en premier. J'ai ecrit une chanson d'amour pour ma femme, d'ailleurs."

Cette épreuve n'a pas changé Bernard Lavilliers, toujours prêt à dénoncer les maux de la société: "Je pense que la résistance, c'est quand même important. Et que si les poètes ou les artistes ne le font plus, qui va le faire dans ce cas-là?".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles