Publicité

Bastien Vivès visé par une nouvelle plainte en plein Festival de la BD d’Angoulême

L’association Face à l’inceste espère profiter du contexte du Festival de la BD d’Angoulême pour relancer l’enquête préliminaire contre Bastien Vivès, accusé de diffusion d’images pédopornographiques.

Bastien Vivès, ici au mois d’août 2021, à Paris.
JOEL SAGET / AFP Bastien Vivès, ici au mois d’août 2021, à Paris.

JUSTICE - L’association Face à l’inceste souhaite accélérer la procédure judiciaire à l’encontre de Bastien Vivès. Sa déléguée générale a annoncé dans les colonnes de Libération, ce mercredi 24 janvier, déposer une nouvelle plainte contre l’auteur de bandes dessinées, déjà sous le coup d’une enquête préliminaire pour diffusion d’images pédopornographiques.

« Un an après les premières plaintes déposées en décembre 2022, rien n’a bougé, personne n’a eu à répondre de la représentation de ces violences sexuelles sur enfants », constate Anne Clerc auprès du quotidien.

À Libération, elle explique que le timing n’est pas anodin. L’association espère profiter du contexte du Festival international de la BD d’Angoulême, qui a ouvert ses portes ce même mercredi. « C’est peut-être le début d’autres plaintes pour encadrer la diffusion des contenus pornographiques », ajoute-t-elle.

La nouvelle plainte, déposée au parquet de Grenoble, entend dénoncer l’accessibilité et l’exposition des contenus de Bastien Vivès aux mineurs, là où les précédentes plaintes ont appelé à trancher sur la légalité de ces mêmes contenus, estime l’association.

Bastien Vivès et ses deux maisons d’édition sont visés depuis le mois de janvier 2023 par une enquête préliminaire confiée à la brigade de protection des mineurs pour diffusion d’images pédopornographiques.

Elle a été ouverte après le dépôt d’une plainte, fin décembre 2022, de l’association Fondation pour l’enfance auprès du parquet de Nanterre, visant trois BD de l’auteur : Petit Paul (Glénat, 2018), La Décharge mentale (Les Requins Marteaux, 2018) et Les Melons de la colère (Les Requins marteaux, 2011).

Bastien Vivès, absent du Festival d’Angoulême

Une autre association, Innocence en danger, a également déposé plainte auprès du parquet de Paris le même mois contre Bastien Vivès et les deux maisons d’édition, estimant que ces trois bandes dessinées relevaient de la diffusion d’images pédopornographiques, mais aussi d’incitation à la commission d’agressions sexuelles sur mineurs et de diffusion à un mineur de messages violents.

Ce mercredi 24 janvier, l’avocat de Bastien Vivès estime, toujours dans Libération, que la nouvelle plainte déposée par Face à l’inceste est un « non-événement », l’enquête contre son client suivant son cours, ajoute-t-il.

Absent du Festival d’Angoulême, l’auteur ne le sera pas pour autant de l’actu. Ce lundi 29 janvier, cinq personnes doivent être jugées pour avoir proféré des insultes et des menaces de mort à l’encontre du dessinateur, lors d’une audience prévue dans la 30e chambre correctionnelle du tribunal de Paris.

VIDÉO -Après l'annulation de son exposition au festival d'Angoulême, Bastien Vivès fait son mea culpa

À voir également sur Le HuffPost :

  

Bastien Vivès de retour en librairie avec son nouveau « Corto Maltese », malgré l’enquête en cours

Affaire Bastien Vivès : Blanche Gardin, Oxmo Puccino... Ils dénoncent « le bâillonnement » de la culture