Publicité

Barkley Marathons 2023 : Aurélien Sanchez premier Français à remporter la course mythique

Ce jeudi 16 mars, le Français Aurélien Sanchez, 32 ans, a remporté la Barkley, la course à pied la plus difficile de la planète (photo d’illustration prise lors de l’édition 2007 de la Barkley).
Ce jeudi 16 mars, le Français Aurélien Sanchez, 32 ans, a remporté la Barkley, la course à pied la plus difficile de la planète (photo d’illustration prise lors de l’édition 2007 de la Barkley).

SPORTS EXTRÊMES - Un exploit pour entrer dans l’Histoire. Aurélien Sanchez est devenu ce vendredi 17 mars le premier coureur français à terminer et à remporter la « Barkley Marathons ». Une performance d’ores et déjà légendaire sur cette épreuve d’ultra-endurance mythique de 160 kilomètres se déroulant dans le Tennessee, aux États-Unis, qu’il a bouclée en 58 heures 32 minutes et 12 secondes, comme il l’a indiqué sur ses réseaux sociaux.

Parti dans la nuit de mardi à mercredi dans les bois brumeux du Frozen Head Park, pour la première de ses cinq boucles de 32 kilomètres, le Toulousain de 32 ans est arrivé quelques minutes seulement avant l’Américain John Kelly (58 h 42 m 23 secondes) et le Belge Karel Sabbe (59 h 53 m 33 secondes).

Les trois hommes, qui devaient franchir la ligne moins de 60 heures après s’être élancés pour terminer officiellement la course, sont les seuls « finishers » de la Barkley cette année. Jusqu’à présent, la course dont le principe est de ne pas être balisée et de proposer près de 20 000 mètres de dénivelé positif n’en comptait que quinze depuis sa création en 1986.

La course la plus difficile au monde

Peut-être plus impressionnant encore : aucun coureur n’était parvenu à terminer en moins de 60 heures et donc à être considéré comme « finisher » depuis l’édition 2017 de l’épreuve imaginée par « Lazarus Blake », Gary Cantrell de son vrai nom, tout simplement considérée comme la course à pied la plus difficile au monde.

« Finie ! », a simplement écrit sur son compte Instagram vendredi Aurélien Sanchez, à l’arrivée de cette épreuve courue dans les forêts et les collines de l’Est du Tennessee, dans un climat généralement humide et brumeux. Et pourtant, le Français a réussi une performance marquante, parcourant notamment la troisième des cinq boucles en un temps record, le plus rapide de tous les temps.

Quarante athlètes avaient pris le départ de cette 36e édition. L’Écossaise Jasmin Paris, meilleure performance féminine, a terminé la 4e boucle juste après la limite de temps.

À voir également sur le HuffPost :

A 81 ans, Gérard Gailleton a couru l’Ultra trail marin de 177 km en 40h36

UTMB : Kilian Jornet s’impose avec un temps record de moins de 20 heures