Pour Bardella, Zemmour ne peut pas être président car il "passe son temps à taper sur tout le monde"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jordan Bardella invité de
Jordan Bardella invité de

876450610001_6283065879001

Invité de BFM Politique ce dimanche, Jordan Bardella a évoqué la probable candidature à l'élection présidentielle du polémiste Éric Zemmour. Pour le président du Rassemblement national, le temps que Marine Le Pen fasse campagne, le fait que l'ancien journaliste du Figaro n'ait pas encore déclaré officiellement sa volonté de se présenter est un problème:

"Quand on aspire à présider la sixième puissance du monde et être, comme il le souhaite, le général de Gaulle, on dit aux Français: 'Je veux être candidat et président de la République'."

Notre invité a ensuite tenu à distinguer ce qui sépare selon lui sa cheffe de file, Marine Le Pen, à son nouveau rival à l'extrême droite: "Il ramène le camp national et ses idées 30 ans en arrière. Il nous enferme avec des polémiques sur Pétain, Sandler et sur les prénoms. Cela ne permet pas de rassembler une majorité de Français et de leur faire dire que le camp national est capable d'arriver au pouvoir."

876450610001_6283050559001

"Nous ne sommes pas là pour faire de la polémique et du buzz"

Le député européen a également critiqué la tactique d'Eric Zemmour, qui consisterait "à taper sur tout le monde et notamment sur Marine Le Pen": "Je ne comprends pas cette philosophie qui consiste à dire que lorsque les femmes s'approchent du pouvoir, le pouvoir s'évapore, que les Jordan et les Kévin devraient changer de prénom au motif que ce serait un acte de défrancisation de leurs parents. Tout cela n'est pas serieux."

Tout le contraire du projet politique de Marine Le Pen, selon lui: "Nous avons un projet juridiquement sérieux, politiquement applicable, clé en main, que Marine mettra en oeuvre dans quelques mois. Nous ne sommes pas là pour faire de la polémique et du buzz."

Pendant plusieurs mois, Eric Zemmour a grimpé dans les sondages jusqu'à être mesuré à plus de 15% dans les intentions de vote du premier tour de l'élection présidentielle. Depuis le début du mois de novembre, sa dynamique de candidature semble stagner. Tout le contraire de celle de Marine Le Pen qui a repris quelques points après avoir longuement chuté, comme il est possible de le voir dans l'Elyséemètre, l'outil de BFMTV qui assemble les sondages.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles