Publicité

Bardella en Guadeloupe : Barbara Olivier-Zandronis écartée de RCI après une interview du président du RN

Ce que l’on sait de la mise à l’écart d’une journaliste en Guadeloupe après une interview de Bardella (photo d’illustration)
JULIEN DE ROSA / AFP Ce que l’on sait de la mise à l’écart d’une journaliste en Guadeloupe après une interview de Bardella (photo d’illustration)

POLITIQUE - Un tollé politique. La rédaction de Radio Caraïbe International (RCI), la radio locale la plus écoutée en Guadeloupe, a confirmé ce dimanche 10 décembre la mise à l’écart de la journaliste Barbara Olivier-Zandronis, qui présentait jusqu’alors le journal de 13 heures. Une décision dénoncée par une grande partie de la classe politique parce qu’elle fait suite à un entretien, vendredi 8, avec le président du Rassemblement national Jordan Bardella.

En visite (discrète) sur place, Jordan Bardella a effectivement participé à une interview dans les studios de la radio, diffusée vendredi à la mi-journée. Un entretien offensif de 10 minutes au cours duquel Barbara Olivier-Zandronis a notamment interrogé le député européen sur les propositions de son parti, ses votes à Bruxelles ou des propos récents.

De quoi provoquer plusieurs échanges tendus entre la journaliste et l’élu. À la toute fin de l’entretien, le président du RN a notamment demandé à la journaliste « dans quel parti politique » elle avait « sa carte ». Celle-ci venait de s’appuyer sur de récentes déclarations en Italie, dans lesquelles Jordan Bardella expliquait que « l’Europe ne doit pas être une auberge cinq étoiles pour l’Afrique », pour constater que le sort et l’accueil très perfectible des étrangers en France ne le « sensibilise pas. »

« Obligations journalistiques et éditoriales »

« Cela fait neuf minutes que vous m’agressez », a aussi lancé le président du RN après plusieurs escarmouches, et après avoir déjà menacé son interlocutrice de quitter le studio. « Je vous pose juste des questions », lui a-t-elle répondu.

Dans son communiqué publié dimanche, RCI estime en substance que Barbara Olivier-Zandronis a manqué aux « obligations journalistiques et éditoriales » de la radio, confirmant l’écarter de la présentation du journal de 13 heures. « Elle demeure partie intégrante de la rédaction », est-il toutefois précisé.

Bardella en Guadeloupe : Barbara Olivier-Zandronis écartée après une interview du président du RN
@GroupeRCI Bardella en Guadeloupe : Barbara Olivier-Zandronis écartée après une interview du président du RN

Alors que plusieurs personnalités ou responsables locaux ont rapidement fait état d’une sanction à l’égard de la journaliste, avant que le communiqué officiel de RCI soit publié, nombre de responsables politiques se sont emparés de l’affaire pour dénoncer, entre autres, une « atteinte à la liberté de la presse. »

Cinq parlementaires de Guadeloupe ont, dès samedi, exprimé leur « indignation » et leur « soutien indéfectible » à Barbara Olivier-Zandronis. « Il est profondément troublant de constater » que son « engagement envers une information juste et sa volonté d’exercer son métier en conscience aient été punis de cette manière, alors même que c’est monsieur Bardella qui aurait dû être sanctionné pour son comportement », écrivent-ils dans un communiqué.

Dans leur sillage, des députés de la France insoumise, des écologistes ou du camp présidentiel se sont exprimés sur le sujet. « Soutien à la journaliste sanctionnée pour avoir posé à Jordan Bardella autre chose que des questions complaisantes », a notamment écrit le numéro 1 de LFI Manuel Bompard sur Twitter, pendant que Marie Toussaint, la cheffe de file des écologistes pour les prochaines élections européennes rappelait que « la liberté de la presse » est une « clef de voûte de la démocratie. »

À voir également sur Le HuffPost :

À Fréjus, enquête ouverte sur Rachline et sa gestion, Marine Le Pen prend ses distances avec le maire RN

Élections européennes 2024 : ce que disent les sondages à six mois du scrutin