Publicité

Barbra Streisand pas intéressée par Marlon Brando : cette réponse parfaite à la proposition sexuelle de l’acteur

Le 7 novembre dernier débarquait dans les librairies américaines la seule et unique autobiographie de Barbra Streisand. My name is Barbra explore l'incroyable carrière de la chanteuse légendaire, depuis son enfance dans le quartier de Brooklyn, en passant par ses premières prestations dans les nightclubs de New York, son triomphe dans le rôle principal de Funny Girl à Broadway jusqu'à son explosion au cinéma. "Le livre est, à l'image de Barbra elle-même, franc, drôle, plein d'opinions et charmant, promet la quatrième de couverture de ses mémoires. Elle raconte son combat pour devenir actrice avant de se tourner finalement vers la chanson pour gagner sa vie ; l'enregistrement de certains de ses albums ; les années d'efforts nécessaires à la réalisation de Yentl ; sa mise en scène du Prince des marées", mais aussi ses relations, amicales ou amoureuses, avec les plus grandes célébrités de Hollywood.

Dans un chapitre sobrement intitulé "Brando", Barbra Streisand raconte avoir été dans le viseur du sex-symbol prénommé Marlon. Tout aurait commencé par un coup de téléphone de l'acteur qui venait de la découvrir dans l'adaptation cinématographique de Funny Girl, réalisée par William Wyler en 1968. "Vous étiez vraiment bonne, mais vous êtes drôle", l'aurait-il félicité au bout du fil. "Il voulait m'emmener dans le désert, voir les fleurs sauvages, avait confié Barbra Streisand à Piers Morgan, en 2012. Et dormir dans une ville fantôme. Mais (...)

Lire la suite sur Closer

Taylor Swift "dévastée" : son concert vire au drame, une jeune femme de 23 ans meurt brutalement
Besançon : trois frères septuagénaire soupçonnés d’agressions sexuelles sur des enfants gardés par leurs femmes
Lady Diana : ses obsèques dans The Crown ont réveillé les démons du prince Harry
Perte de poids : ces"super aliments" qui vont booster votre régime
Disparition d’Emile, 2 ans, au Vernet : "un viol de leur intimité…", pourquoi l’anonymat "protège" ses parents