Publicité

Barbara Pravi et la polémique La Zarra à l'Eurovision : "On a des caractères différents..."

Barbara Pravi n'est pas que chanteuse. L'artiste a été sollicitée par plusieurs réalisateurs dont Josée Dayan. Elle n'en oublie pas pour autant son passage à l'Eurovision et en a d'ailleurs profité pour commenter celui de La Zarra cette année.

Barbara Pravi a fait du chemin depuis son passage à l'Eurovision. Mais il faut dire que la deuxième place qu'elle a raflée à l'issue du concours a été une vitrine avantageuse et lui a ouvert bien des portes. Une chance que n'a malheureusement pas eue la Zarra, la représentante de la France en 2023. La chanteuse avait pourtant fait part de toute sa motivation, avant de se montrer sur scène. Celle qui a tout donné pendant son show n'a donc pas pu masquer sa déception en constatant qu'elle n'était que 16e sur 27 à l'issue des votes. Sa réaction a d'ailleurs bien plus fait parler que sa place au classement puisque c'est un doigt d'honneur qu'elle a adressé à la caméra en apprenant la nouvelle.

Si le geste a fait polémique, Barbara Pravi ne veut pas entrer dans le circuit de la critique. Interviewée sur le personnage de La Zarra par le Parisien ce lundi 18 septembre, Barbara Pravi est restée neutre : " Je ne suis personne pour critiquer sa façon de faire, on ne sait pas ce qu'elle vit, on a des caractères différents. " Barbara Pravi était pourtant persuadée que l'artiste hériterait d'une meilleure place au classement.

L'artiste idéale

Toujours au Parisien, Barbara Pravi a indiqué qu'elle pensait que La Zarra avait tous les atouts pour se hisser dans le top : "Je trouvais qu'elle était une candidate assez parfaite, elle a une superbe voix, et quelque...

Lire la suite


À lire aussi

"Il a commencé à me frapper" : Barbara Pravi victime de violences conjugales, elle raconte
Attaque au couteau à Annecy : Henri, le "héros au sac à dos", a fait une demande très spéciale à Emmanuel Macron
Jean-Jacques Goldman, sa première femme mineure quand il l'a séduite : "Elle l'a rencontré à 17 ans"