Un banquier licencié après la diffusion d'une vidéo

Un haut responsable de la banque Barclays en Asie a été licencié après la diffusion d’une vidéo le montrant en train d’insulter des ouvriers d’un chantier installé près de son domicile à Singapour et qui, apparemment, l’avaient réveillé.

La séquence aurait été filmée le 20 octobre, peu après 9 heures du matin (voir vidéo ci-dessous). Sans que l’on sache ce qu’il s’est passé avant, on y voit un homme d’origine occidentale insulter copieusement des ouvriers. Apparemment mis hors de lui par le bruit causés par les travaux, il les traite notamment "d’animaux" et menace de "brûler leurs maisons". Avant de partir, il prend une plaque de métal et la jette au sol.

Diffusée sur un site participatif

Malheureusement pour lui, un des ouvriers filme la scène, prends des photos, et contacte le "Singapore Seen", le site participatif du portail principal quotidien de "Singapour The Straith Times", publiant des informations locales fournies par les internautes. Le 25 octobre, le site publie un article donnant la parole au chef du chantier accable qui l’homme. Selon lui, ce dernier ne supporterait pas le bruit et aurait, dès le début des travaux, eu des accrochages avec les ouvriers.

Depuis le premier jour, mon équipe a eu des problèmes avec ce gars. Il leur a jeté des choses, grondés, imposés des règles et restrictions sur l’heure à laquelle ils peuvent commencer à travailler. Il leu a dit de commencer à 9h00, mais ce jour là, nous avons commencé à 8h45".

S’il ne donne pas le nom de l’agresseur – le chef de chantier le désignant comme "le Caucasien", l’article publie de nombreuses photos de l’incident. Et, très vite, dans les (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Un banquier licencié après la diffusion d'une vidéo
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.