Publicité

Ces banques françaises financent encore l’industrie du tabac malgré leurs promesses

Ces banques françaises financent encore l’industrie du tabac malgré leurs promesses
Irina Marwan / Getty Images Ces banques françaises financent encore l’industrie du tabac malgré leurs promesses

TABAC - Elles avaient promis d’arrêter. L’industrie du tabac fait chaque année 75 000 morts en France. On connaît la nocivité de la cigarette, son prix ne fait qu’augmenter pour inciter les consommateurs à abandonner et elle est bannie des lieux publics fermés. Pourtant, de grandes banques françaises financent encore aujourd’hui son industrie, alors qu’elles s’étaient engagées à ne plus le faire il y a plusieurs années.

C’est ce que révèle un rapport de l’organisme d’investigation Profundo réalisé à la demande de l’Alliance contre le tabac. En 2018, une charte intitulée le Tobacco Free-Finance Pledge a été mise en place par une ONG australienne et appelait les acteurs financiers du monde à stopper leurs soutiens aux cigarettiers. En France, de nombreuses banques ont signé cette charte, parmi lesquelles, la Société générale, le Crédit Agricole et le Groupe BPCE regroupant les Caisses d’épargne et la Banque populaire.

Une parole que les établissements n’ont pas tous réussi à tenir puisque, selon le rapport publié ce mercredi 6 mars, 5,3 milliards de dollars de crédits ont été accordés par des acteurs français aux géants du tabac depuis 2018.

La Société Générale pointée du doigt

Deux banques françaises les ont aidés financièrement grâce à leurs crédits : la Société générale et le Crédit agricole. Cette dernière a toutefois arrêté les frais en 2021, note le rapport. Mais en ce qui concerne la première banque, elle représente à elle seule 83 % du soutien financier français apporté à l’industrie du tabac.

Même si ses financements se font moins importants ces dernières années, la Société générale a encore accordé en 2023 plus de 9 millions de dollars de crédit aux entreprises de la filière. Auprès de France Inter, la banque a assuré s’être engagée « dans une stratégie de sortie du secteur ».

« Complices d’une industrie qui tue un consommateur sur deux »

« C’est impensable qu’aujourd’hui encore nos institutions financières soient complices d’une industrie qui tue un consommateur sur deux », dénonce dans le rapport Marion Catellin, directrice générale de l’Alliance contre le Tabac.

En plus d’accorder des crédits, certaines banques ont même investi dans le marché du tabac, au point de cumuler 733 millions de dollars d’investissements en novembre 2023. Selon le rapport Profundo, 40 % de ces fonds proviennent du Groupe BPCE, et pour plus de 20 % du Crédit Agricole. Une tendance à la baisse, sauf pour Groupama qui, au contraire, investit de manière croissante depuis 2021. Une information que le groupe a contesté auprès de France Inter.

« Soyons réalistes […] Si l’industrie du tabac réussit à maintenir son commerce mortifère, c’est aussi grâce aux ressources que lui apportent les établissements bancaires », regrette Marion Catellin.

À voir également sur Le HuffPost :

Ce qui change au 1er mars 2024 : prix du gaz, tabac, RSA, chèque énergie, promotions…

La pollution change l’odeur des fleurs, et c’est une très mauvaise nouvelle