Le Bangladesh et l’Inde face à de graves inondations

STRINGER / REUTERS

La situation est grave et elle va empirer. « Aucun signe d’amélioration en vue pour Sylhet », résume le Daily Star en parlant de la ville de 500 000 habitants au nord-est du Bangladesh affectée par de violentes inondations cette semaine. La foudre qui accompagne les nombreux orages a fait 21 morts depuis vendredi. Des dizaines de milliers de familles se retrouvent sans-abri alors que de fortes pluies sont attendues dans les prochaines heures, à Sylhet et dans le district voisin de Sunamganj.

« Les habitants de Sunamganj et Sylhet sont perdus dans l’eau jusqu’à la taille à l’intérieur et à l’extérieur de la maison », décrit Prothomalo, dressant un tableau apocalyptique. « Des hôpitaux, des services d’incendie, des entrepôts alimentaires aux services d’urgence des bureaux T&T, la plupart des institutions sont sous l’eau (...) Il y a une grave pénurie d’eau potable. L’administration locale a du mal à faire face. La situation est telle qu’une équipe du ministère de la santé n’a pas pu entrer dans la ville de Sylhet en raison de l’eau hier ». Elle a fait demi-tour en direction de Dacca, la capitale.

L’armée a été appelé en renfort pour assister des habitants confrontés aux inondations les plus graves dans cette région depuis un siècle, indique le Daily Inquilab. « Les égouts débordent dans les maisons. Une panique extrême règne parmi la population locale et les commerçants (...) Beaucoup cherchent refuge mais il n’y aucun endroit sec. L’eau est même entrée dans les centres d’accueil », ajoute le quotidien. « La ville est devenue pratiquement isolée du reste du pays ».

L’aéroport a été fermé à cause de l’eau qui s’approche des pistes, la gare également. « Et les routes pourraient bientôt suivre », prévient le Daily Star. Selon le journal, Sylhet risque de devenir inaccessible d’ici deux jours. La ville est inondée à 80 % constate Bangladesh Pratidin. Privée de réseau téléphonique, Sylhet doit aussi faire sans électricité « à l’ exception de certaines zones en haute altitude », précise le Daily Sangram. Le courant est coupé depuis jeudi. « Ces zones dépendent désormais de la lumière des bougies. Mais il y a aussi pénurie dans ce domaine ».

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles