Ballon "espion": les États-Unis n'ont pas l'intention de rendre les débris collectés à la Chine

Le présumé
Le présumé

Les États-Unis ont récupéré de premiers débris du ballon chinois abattu samedi, a fait savoir un porte-parole de la Maison Blanche lundi, précisant qu'il n'était pas question de les restituer à la Chine.

Les équipes déployées au large des côtes de Caroline du Sud, dans le sud-est du pays, "ont récupéré certains débris à la surface de la mer", a dit John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de l'exécutif américain, lors d'un entretien avec la presse.

Il a précisé que les "conditions météo" n'avaient pas permis jusqu'ici de mener des opérations sous-marines de récupération.

John Kirby a indiqué, par ailleurs, que les États-Unis n'avaient pas "l'intention de rendre" les débris collectés à la Chine.

"Mieux comprendre et d'étudier" le ballon

Alors que le président américain Joe Biden est critiqué par l'opposition républicaine pour avoir, selon elle, trop tardé à abattre l'engin, le porte-parole a assuré que ce délai avait donné aux Américains "une formidable occasion de mieux comprendre et d'étudier" le ballon, en attendant que les débris ne livrent d'autres informations.

Il a assuré par ailleurs que les États-Unis avaient "pris des mesures pour limiter les capacités de collecte (de données) que ce ballon aurait eu au-dessus de nos sites militaires sensibles."

John Kirby a enfin déclaré que l'administration Biden avait "pris contact avec des responsables de premier rang de la précédente administration et leur (avait) proposé des briefings" à propos des survols de ballons chinois ayant eu lieu pendant que Donald Trump était président.

Selon le Pentagone, des ballons chinois ont survolé à trois reprises, pour de brèves périodes, le territoire américain pendant la présidence de Donald Trump, et une fois, également pour une courte durée, au début du mandat de Joe Biden.

Article original publié sur BFMTV.com