Publicité

Ballon chinois abattu : les photos de la récupération des débris dans l’Atlantique

Ballon chinois abattu : les images de la récupération des débris dans l’Atlantique
U.S. Navy Photos by Mass Communication Specialist 1st Class Tyler Thompson Ballon chinois abattu : les images de la récupération des débris dans l’Atlantique

ETATS-UNIS - Les États-Unis ont récupéré de premiers débris du ballon chinois lundi 6 février après qu’il a été abattu samedi. Pendant ce temps-là, l’administration de Joe Biden s’efforce de contenir les retombées de cet épisode vis-à-vis de Pékin.

La marine américaine a publié les photos de la récupération des débris ce mardi 7 février. Le commandement des forces de la flotte américaine a publié plusieurs photos sur sa page Facebook montrant de gros débris du ballon transportés dans un bateau. Il est indiqué que les marins chargés de cette mission faisaient partie de l’équipe de spécialistes des explosifs de la Marine.

L’appareil va maintenant être examiné pour voir s’il s’agissait bien d’un équipement d’espionnage. Le général Glen VanHerck, chef du commandement de la défense aérospatiale pour l’Amérique du Nord (Norad), a précisé qu’un navire de la marine américaine était en train de délimiter le rayon dans lequel sont tombés les débris.

Le ballon lui-même était haut d’environ 60 mètres et portait une sorte de nacelle pesant plus d’une tonne, a affirmé ce responsable lors d’une conférence de presse séparée.

« C’était complètement un accident »

La Chine a insisté à plusieurs reprises sur le fait que « le dirigeable est à usage civil et est entré aux États-Unis en raison d’un cas de force majeure - c’était complètement un accident », rappelle BBC News.

« La question n’est pas de savoir si on fait confiance à la Chine, la question est de décider là où on peut travailler ensemble et là où on est en opposition », a assuré le président américain, interrogé par des journalistes à son retour à la Maison Blanche.

Joe Biden a encore rappelé avoir pris la décision d’abattre le présumé ballon espion chinois dès mercredi dernier mais que les militaires américains lui avaient conseillé d’attendre que l’engin soit au-dessus de l’Atlantique, dans les eaux territoriales américaines.

Pas question de rendre les débris

Les équipes déployées au large des côtes de Caroline du Sud, dans le sud-est du pays, « ont récupéré certains débris à la surface de la mer », a affirmé John Kirby, en précisant que les « conditions météo » n’avaient pas permis jusqu’ici de mener des opérations sous-marines de récupération de cet aéronef.

Le responsable a indiqué, par ailleurs, que les États-Unis n’avaient pas « l’intention de rendre » les débris collectés à la Chine.

Autre rebondissement : selon John Kirby, l’administration Biden a « pris contact avec des responsables de premier rang de la précédente administration et leur (a) proposé des briefings » à propos des survols de ballons chinois ayant eu lieu pendant que Donald Trump était président.

Selon le Pentagone, des ballons chinois ont en effet survolé à trois reprises, pour de brèves périodes, le territoire américain pendant la présidence de Donald Trump, et une fois, également pour une courte durée, au début du mandat de Joe Biden.

Relations tendues avec la Chine

Washington n’a pas directement répondu aux accusations du gouvernement chinois dimanche selon lesquelles les États-Unis avaient « gravement affecté et endommagé » les relations entre les deux pays.

Tout en défendant leur position de fermeté, les États-Unis ont même réitéré leur volonté de maintenir les « lignes de communication ouvertes » avec leur grand rival stratégique.

« Même en ces temps de tensions accrues, nous voulons avoir la possibilité de prendre le téléphone et discuter » avec les Chinois, a déclaré lundi le porte-parole du département d’État, Ned Price.

Il a assuré que les États-Unis avaient eu des contacts avec les autorités chinoises depuis l’abattage du ballon tout en précisant qu’aucune « discussion » n’avait eu lieu sur la reprogrammation de la visite du secrétaire d’État Antony Blinken en Chine.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi