Publicité

"Balle Perdue 2": une suite spectaculaire pour le film d'action de Netflix

Alban Lenoir dans
Alban Lenoir dans

Balle Perdue passe la deuxième et casse la barraque. La suite du film d'action, carton surprise sur Netflix en juin 2020, avec plus de 37 millions de vues en 28 jours, débarque sur la plateforme ce jeudi. Courses-poursuites musclées, combats d'arts martiaux brutaux... le polar offre aux amateurs du genre un spectacle généreux et jouissif, qui devrait rencontrer un succès encore plus important que le premier volet.

L'histoire débute plusieurs mois après les événements du premier film. Le mécanicien Lino (Alban Lenoir), devenu policier, chasse les trafiquants de drogue et veut venger la mort de son frère Quentin (Rod Paradot) et de son mentor Charas (Ramzy Bedia). Sa collègue Julia (Stéfi Celma) veut l'empêcher de céder à la vengeance. Mais Lino, à bord de sa vieille Renault 21 turbo, armée d'un taser électrique, est inarrêtable.

Guillaume Pierret, réalisateur de la franchise, peine à croire encore aujourd'hui au succès de ce qui a commencé comme une modeste série B. "Ça fait extrêmement plaisir. Mais tout cela est très virtuel, parce que j'échange surtout sur les réseaux avec des gens du monde entier. Après la sortie du film en France, il y a eu une vague d'Américains qui l'ont découvert au fur et à mesure et qui se le recommandaient! Le film existe toujours. Il y a plein de gens qui prennent plaisir à le remater."

"Assumer le film pour ce qu'il était"

Réapparu depuis juin 2020 à quatre reprises dans le top 10 des films non-anglophones les plus vus de Netflix, Balle Perdue est devenu une franchise, la première made in France de la plateforme. "On avait déjà envisagé que la fin soit ouverte pour pouvoir rebondir sur une suite si besoin, parce que c'est un film d’action. C'est un type de cinéma qui appelle des suites. Comme tout le monde était chaud et que je n'avais tué quasiment personne dans le premier film, c'était possible!", s'amuse Guillaume Pierret.

L'écriture de cette suite a été "beaucoup plus facile" et "beaucoup plus plaisante" que celle du premier film. "Pour le premier, il a fallu que je me forme au métier de scénariste", se souvient le réalisateur. "Le scénario a beaucoup tourné dans l'industrie française. Il a été un peu modelé par des producteurs et des distributeurs qui réfléchissaient uniquement au marché français. Ils voulaient plus des vannes." La rencontre avec Netflix change tout: "On pouvait assumer le film pour ce qu'il était."

Pour la suite, Guillaume Pierret a carte blanche. Dans la lignée des Mad Max, Balle Perdue 2 est un film d'action pure, ultra-rythmé, avec des dialogues réduits à la portion congrue. Le visage buriné d'Alban Lenoir et les crissements de sa Renault 21 en disent plus que mille répliques. Le scénario, qui exploite à fond les pistes lancés à la fin du premier, pousse les personnages dans leurs retranchements, et les placent dans des situations dramatiques et difficiles.

"L'idée, c'est de voir ce qui peut arriver de pire aux personnages et que ça se produise", remarque Guillaume Pierret. "Et lorsque le film se termine, il faut limite se tirer une balle dans le pied en tant que scénariste, conclure des arcs ou en ouvrir de nouveaux sans savoir ce qu'on va en faire dans la suite."

Une trentaine de voitures détruites

L'action se déroule en quasi temps réel, en moins de deux heures (le film dure 1h30), avec une scène d’action toutes les 10-15 minutes. Une générosité à laquelle le cinéma français d'action ne nous avait pas habitué. "C'est grâce au budget, qui est plus important que sur le premier", glisse Guillaume Pierret. "Il m'a permis de faire ce que j'aurais pu faire dans le premier, mais qui était impossible par manque de budget."

"Comme un film d'action se raconte par l'action, c'est assez naturel de mettre autant de scènes d'action", note encore le cinéaste, qui propose avec Balle Perdue 2 un film sec, loin de la surenchère habituelle aux suites. "Ce qui m’intéresse, c'est le rythme global d'un film. Le rythme des Fast & Furious est en dent de scie. Ils sont trop longs!" Pour lui, il ne faudrait jamais dépasser 1h30: "J'adore ce format-là. Pour un film d’action, je pense que c'est l’idéal. On peut conserver le côté radical et speed."

Sur le tournage, une trentaine de voitures ont été détruites pendant le tournage. Les cascades, plus inspirées par Jason Bourne et Jack Reacher que de Fast & Furious, ont été orchestrées par David Julienne, petit-fils du grand cascadeur Rémy Julienne. et tournées sous le soleil d'Occitanie. Une des scènes majeures voit la R21 de Lino poursuivie par la police dans le Verdanson, un ruisseau canalisé qui traverse Montpellier. D'autres scènes ont été tournées sur l'autoroute A75 qui traverse le Larzac.

"Il y a des décors que j’ai envie d’exploiter depuis très longtemps. Je voulais absolument faire une course-poursuite 100% urbaine. Je voulais faire une poursuite plus désertique, plus hors-piste, plus rallye. Je voulais conclure avec un climax 100% bourrin avec des explosions et des voitures qui s'envolent. J'avais envie de voir des étincelles, des explosions - choses qui manquaient un peu au 1."

Bientôt "Balle Perdue 3"

La même exigence est à l'œuvre dans les scènes d'action, qui exploitent au mieux la largeur de l'écran, comme dans le cinéma hongkongais. "C'était le mot d’ordre quand on filmait: il fallait que ça vive. On ne pouvait pas se contenter de juste suivre une voiture avec la caméra. Il fallait que l'on sente que ça vive autour. C'était pareil dans les combats de foule. Ce ne sont pas juste des gens qui arrivent un à un pour affronter Lino. Il fallait qu'ils arrivent tous en même temps. C'est le chaos qui m'intéresse."

Le chaos va se poursuivre: le troisième volet de Balle Perdue est déjà en préparation. Guillaume Pierret s'attellera à l'écriture dans les prochains jours, pour une sortie prévue dans deux ans. "Netflix voulait que j'écrive pendant le tournage du 2!" Il ignore encore de quoi parlera cet opus: "Il y a beaucoup de pièges dans l'écriture d'un troisième opus d'une trilogie. C’est souvent le moins bon." Il réfléchit aussi à étendre son univers. Tout en attendant une édition DVD/Blu-ray de la trilogie: "J'en rêve."

Article original publié sur BFMTV.com