Publicité

Une baleine grise a été repérée dans l’océan Atlantique et ce n’est pas une bonne nouvelle

Ces cétacés n’avaient pas été observés dans ces eaux depuis le 18e siècle.

ANIMAUX - Dans l’océan Atlantique, cette espèce avait disparu depuis plus de 200 ans. Mais, alors qu’ils effectuaient un relevé aérien le lundi 1er mars, des scientifiques du New England Aquarium ont remarqué quelque chose d’impensable : une baleine grise au large de la côte du Massachussets.

« Mon cerveau avait dû mal à traiter cette information car cet animal ne devrait vraiment pas exister dans ces eaux, » la chercheuse Kate Laemml, sur l’avion au moment des faits, a-t-elle raconté dans un communiqué de presse. En effet, si cette espèce est commune dans l’océan Pacifique, elle avait disparu depuis le 18e siècle dans cette partie de l’Atlantique, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de cet article.

Durant les quinze dernières années, un autre spécimen de la même espèce avait été repéré cinq fois dans l’Atlantique et dans la Méditerranée. Les chercheurs pensent ainsi qu’il s’agirait de la même baleine, en pleine exploration de ces eaux à lui étrangères.

La faute au réchauffement climatique

Les baleines grises sont facilement reconnaissables car bien différentes des autres espèces de cétacés : elles se caractérisent par l’absence de nageoire dorsale et un corps gris tacheté de zones blanchâtres. Impossible alors de se tromper : l’animal observé par l’équipe était bien une baleine grise en pleine chasse.

Mais ce repérage n’a rien d’une bonne nouvelle. Bien que les scientifiques ne soient pas sûrs des raisons qui ont mené cette baleine si loin de son habitat naturel, ils supposent que cette errance sera due au changement climatique.

En général, ces animaux restent toujours au-delà du passage du Nord-Ouest, au-dessus du continent américain, qui lie l’océan Pacifique et l’Atlantique car elles ne peuvent pas passer à travers la glace épaisse sur la surface de ces eaux. Or, à cause du réchauffement climatique, cette zone de l’océan Arctique est souvent « libre de glace » pendant l’été, ce qui permet le passage des baleines.

« Ces observations de baleines grises dans l’Atlantique rappellent la rapidité avec laquelle les espèces marines réagissent au changement climatique, si elles en ont l’occasion », a rappelé la chercheuse Orla O’Brien. Il est encore trop tôt pour évaluer les conséquences à long terme de ce type de migrations sur cette espèce, mais la baleine grise est déjà menacée. Avec moins de cent individus, la population à l’ouest du Pacifique, en particulier, est considérée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en danger d’extinction.

À voir également sur Le HuffPost :

On n’a jamais été aussi près de ressusciter les mammouths grâce à cet essai réussi

Des centaines de milliers de jeunes saumons tués par un barrage défectueux aux États-Unis

VIDÉO - Les baleines à bosse menacées par le changement climatique