Baignade à 60.000 euros, plage secrète: tout ce que vous ignorez sur le fort de Brégançon

Emmanuel Macron veut faire du fort de Brégançon un lieu de rencontres diplomatiques. - Bertrand Langlois - AFP
Emmanuel Macron veut faire du fort de Brégançon un lieu de rencontres diplomatiques. - Bertrand Langlois - AFP

Emmanuel Macron est en vacances au fort de Brégançon depuis la fin du mois de juillet. Cette bâtisse provençale, perchée sur un pic rocheux à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, avec une vue imprenable sur la mer, a vu défiler tous les présidents français depuis les années 1960. BFMTV.com vous propose quelques anecdotes sur ce lieu chargé d'histoire.

• Un sénateur délogé par simple lettre

C'est le président Charles de Gaulle qui inaugure la longue tradition présidentielle à Brégançon. En 1964, le Général dort pour la première fois dans cette demeure bourgeoise construite autour d'un jardin biscornu, entre oliviers, cyprès et mimosas.

Malgré une nuit cauchemardesque, entre moustiques et lit trop petit pour son mètre 92, Charles de Gaulle décide d'en faire une résidence présidentielle en 1968. Problème: cela signifie donner congé à l'occupant d'alors, le sénateur Bellanger, qui verse un loyer à l'État français pour cette propriété qui appartient au ministère de la Défense.

Grand amateur de la Méditerranée, le parlementaire ne lésine pas pour améliorer la vieille bâtisse, en construisant une digue sur ses deniers personnels et en faisant installer l'eau et l'électricité. L'occasion également d'y recevoir tout le gratin politique de l'époque.

Mais une fois la décision prise par le Général de Gaulle, Robert Bellanger se fera signifier son congé par une simple lettre, un procédé jugé inélégant à l'époque, d'après Le Point.

• Voisin du Luxembourg

Pour aménager l'accès au fort, les services de l'Élysée décident de construire en 1968 une route, là où auparavant, les visiteurs devaient se contenter d'emprunter une simple piste. Les ingénieurs qui planchent sur le dossier réalisent alors qu'elle devra traverser les terres du Grand-Duché du Luxembourg, dont la résidence qui jouxte le fort avait obtenu le statut d'extraterritorailité après la Seconde Guerre mondiale.

Preuve que les voitures changent de pays pour quelques mètres seulement, une borne indiquant "L" comme Luxembourg se trouve toujours à l'entrée du domaine étranger, remarque Paris-Match.

• 200 marches pour une plage secrète

Adepte des bains de soleil, Valéry Giscard d'Estaing profite de la plage du fort pour multiplier les baignades. Problème: il la trouve trop exposée au regard des curieux et décide donc d'en faire construire une autre, creusée dans les rochers à l'arrière du fort comme le raconte Le Point. La brasse doit cependant se mériter: il faut descendre 200 marches pour l'atteindre.

Nicolas Sarkozy trouve d'ailleurs cet accès trop compliqué et lui préfère la propriété de son épouse Carla Bruni, au Cap Nègre, à quelques kilomètres.

• Sauvé des flammes

À l'été 2017, les pompiers doivent affronter un feu de très grande ampleur à quelques centaines de mètres du Fort de Brégançon, comme le rapporte Le Monde. Les vignes du Domaine de Brégançon, qui produisent du vin depuis des décennies, voient alors des centaines d'hectares partir en fumée, quelques jours à peine après le début de la saison estivale.

Avec plus de 1000 personnes évacuées, les soldats du feu ont fait le maximum pour sauver les terres et éviter tout désastre dans la propriété présidentielle. Avec succès: Emmanuel Macron y passera ses premières vacances de président sans encombre.

• 60.000 euros pour sécuriser une baignade en mer

Avec le développement des téléobjectifs, la plage de Valéry Giscard d'Estaing devient également très accessible aux regards. François Hollande garde un mauvais souvenir de photos publiées en plein bain de mer. De quoi pousser Emmanuel Macron à souhaiter plus de discrétion en faisant construire une piscine hors-sol en 2018.

L'une des raisons officielles avancées pour justifier ces travaux est le coût de la baignade. Si le président et sa femme descendent à la plage, il faut en effet compter 60.000 euros pour sécuriser la zone en utilisant les services des plongeurs et des bateaux de la gendarmerie nationale. "Quand vous vous baignez, vous vous dites le coût du bain est élevé", reconnaît d'ailleurs son prédécesseur François Hollande dans l'ouvrage Le fort de Brégançon. Histoire secrète et coulisses des vacances de Guillaume Daret.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles