AVC de l’enfant : les signes à repérer

Marina Dyakonova/shutterstock.com

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) peuvent concerner tout le monde, même les enfants. Dans le cadre de la journée européenne de prévention dédiée qui s’est tenue le 14 mai, rappel des signes à repérer à tout prix.

Près d’un millier de nouveaux cas d’AVC est recensé chaque année en France chez l’enfant. A l’origine ? Des maladies des artères, une conséquence d’infection, une anomalie congénitale ou une déshydratation.

Trois quarts des jeunes patients garderont des séquelles tout au long de leur vie, dont certaines survenant souvent bien après l’accident. C’est pourquoi il est essentiel d’être informé des signes avant-coureurs et d’alerte, même chez un petit.

Les symptômes fréquents

« Les symptômes de l’AVC chez l’enfant sont très similaires à ceux des adultes et dépendent du secteur du cerveau atteint », indique l’association AVC de l’enfant. Ainsi faut-il s’inquiéter en présence :

D’une déformation de la bouche ;

D’une faiblesse d’un côté du corps, bras ou jambe ;

De troubles de la parole ;

D’une céphalée aiguë ;

De troubles convulsifs ;

De difficultés à rester éveillé et alerte en dehors des heures normales de sommeil et de sieste.

En cas de doute, composez le 15. L’AVC est une urgence vitale.

A noter : « Le diagnostic est souvent retardé ou raté chez les nouveau-nés et les nourrissons puisque l’accident n’est habituellement pas la première explication qui vient à l’esprit pour les symptômes constatés », note l’association AVC de l’enfant.