Avancée des rebelles syriens dans la province de Hama

par Suleiman Al-Khalidi
Forces fidèles au président syrien à Halfaya. Les rebelles syriens ont pris cette ville clé de la province centrale de Hama au cours d'une large offensive contre les forces du régime. /Photo d'archives/REUTERS/George Ourfalian

par Suleiman Al-Khalidi

AMMAN (Reuters) - Les rebelles syriens ont pris Halfaya, une ville clé de la province centrale de Hama, en Syrie, au cours d'une large offensive contre les forces du régime, ont annoncé mardi des responsables rebelles et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

La ville a été prise d'assaut lundi. Les djihadistes du groupe Jund al-Aqsa ainsi que les brigades de l'Armée syrienne libre (ASL) avaient déjà repris la veille des postes de contrôle des forces affiliées au régime dans le nord de la province.

Les villages au nord de Hama sont essentiellement peuplés par des membres de la minorité chrétienne et des communautés alaouites.

Proche d'une route reliant la côte à l'axe Alep-Damas, Halfaya n'est qu'à quelques kilomètres à l'est de la ville chrétienne historique de Mahrada.

"Nous nettoyons maintenant la ville après l'avoir libérée du régime et nous avons des surprises en réserve" a prévenu Abu Kinan, un commandant du groupe rebelle Jaish al-Ezza, présent à Halfaya.

L'effondrement rapide des forces du régime a permis aux rebelles de s'emparer également d'une série de villages alentours, notamment Buwaydah, Zalin et Masassnah. A l'est de Halfaya, les rebelles menaçaient également Taybat al-Imam.

Ces victoires rapprochent les insurgés du fief septentrional de l'armée dans la région, Soran, qui garde l'accès nord de la capitale de province Hama, située à 200 km de Damas.

Une source militaire du régime a annoncé des frappes aériennes menées par l'armée de Bachar al-Assad, tuant des dizaines de rebelles. Elle n'a pas confirmé la prise de Halfaya mais des sites pro-régime rapportent que des renforts sont envoyés pour reprendre les villes.

L'OSDH a confirmé la prise de Halfaya, ajoutant que des avions de combats soupçonnés d'appartenir au régime ont bombardé des avant-postes rebelles, tuant au moins 20 insurgés.

Les combattants islamistes du groupe Jund al-Aqsa ont mené des attentats suicide sur les postes de contrôle tenus par l'armée. Le groupe Jaish al-Ezza a menacé dans un communiqué de frapper la centrale électrique de Mahrada, l'une des plus grandes de Syrie, si le régime s'en prenait en représailles aux zones civiles tenues par les rebelles.

Il y a quelques semaines, des frappes répétées de la Russie et du régime ont touché les zones rebelles de Hama et les campagnes de la province d'Idlib, au sud, tuant selon les rebelles des dizaines de civils.

Les offensives de l'armée du régime, appuyée par des frappes russes, connaissent un succès limité dans la province où elles peinent à gagner du terrain sur les rebelles.

Les dernières avancées devraient permettre une consolidation des positions des milices, après la reconquête en novembre de Morek, au nord de Hama, avant-poste crucial pour accéder à l'ouest du pays.

(Julie Carriat pour le service français)