Publicité

Automatisation à Météo-France : « Il va falloir faire attention avec l’application »

L'application Météo-France, le 12 décembre 2020.  - Credit:Romain Longieras/Hans Lucas via AFP
L'application Météo-France, le 12 décembre 2020. - Credit:Romain Longieras/Hans Lucas via AFP

La crise continue à Météo-France. Après une première grève « symbolique » en novembre, trois des quatre syndicats de l'établissement public – la CFDT n'a pas appelé à la grève, mais dit la soutenir – ont déposé un nouveau préavis courant depuis le 4 décembre et jusqu'au 7 janvier. Une façon de demander à la direction générale « de prendre la mesure de ce qu'il se passe plutôt que de faire un vrai appel à la grève », explique Steven Testelin, du SNM-CGT.

Moins de cinq personnes étaient effectivement en grève, lundi 4 décembre, comme mardi 5, selon la direction, contre neuf selon les syndicats, mais « les signalements de risques psychosociaux augmentent, rapporte le syndicaliste. Les agents sont désemparés et en colère. Ce préavis sert surtout à le signaler à la direction et s'adresse à l'agent qui aurait une boule au ventre avant d'aller travailler. »

Actualité @meteofrance : suite à la récente mise en oeuvre de prévisions totalement automatisées (sauf vigilance), le malaise est profond chez tous les prévisionnistes qui s'inquiètent de la qualité et de la cohérence des infos produites. Grève de longue durée annoncée ⬇️ pic.twitter.com/Q6opB4BIEn

— FO Météo (@MeteoFo) November 28, 2023

30 % d'effectifs en moins en quinze ans

Derrière ce rare conflit social, l'entrée en vigueur en novembre dernier du programme « 3P », pour « Programme Prévision Production », qui induit une réorganisation des services jugée trop brutale par les syndicats, sur fond de diminut [...] Lire la suite