Publicité

“Autisme possible…” : un petit garçon paie très cher une grave erreur de diagnostic

En plein cœur de la pandémie de Covid-19, un drame médical se joue dans la vie d'un jeune garçon britannique. À l'âge de trois ans, Sebastian Nunney et ses parents se retrouvent face à un diagnostic médical erroné qui aura des conséquences dévastatrices. Présenté au médecin pour une perte de poids inquiétante, les craintes des parents sont balayées par un diagnostic rapide d'infection de l'oreille ou de troubles du spectre autistique, explique The Mirror. Cette erreur de jugement, survenue dans un contexte de crise sanitaire où les consultations en face à face étaient évitées, marque le début d'une lutte contre un ennemi bien plus redoutable : le neuroblastome, un type de cancer rare touchant principalement les enfants. Ce cas souligne non seulement les défis auxquels les familles et les professionnels de la santé ont été confrontés pendant la pandémie, mais aussi l'importance cruciale d'un diagnostic précis et rapide. La tragédie médicale de Sebastian, marquée par des erreurs initiales, des retards dans la détection de sa maladie réelle et une bataille acharnée contre le cancer, jette une lumière crue sur les conséquences potentiellement mortelles d'un diagnostic incorrect.

Un combat contre le cancer, mais aussi contre le système de santé

La saga médicale de Sebastian Nunney débute par une série de visites médicales où ses symptômes sont minimisés. Malgré la persistance des parents à demander des examens plus approfondis, les (...)

Lire la suite sur Closer

Sophie Turner : oublié Joe Jonas, elle s’affiche au bras de son nouveau compagnon Peregrine Pearson
TÉMOIGNAGE. "Ma soeur a testé les médicaments de mon frère pour soulager sa rage de dent, ils sont morts tous les deux"
"Ils nous font tous ch***" : Benjamin Castaldi met les choses au point sur la photo des fesses de Flavie Flament
« Je vous vois un peu comme ça » : Léa Salamé mouchée gratuitement par Rachida Dati en plein direct
Alain Delon et Hiromi Rollin : cartes de vœux, dîners… Ces signes que les commerçants de Douchy ont cru percevoir