Publicité

Australie : les célébrations de la fête nationale divisent le pays

INTERNATIONAL - Des milliers de personnes ont manifesté à travers l’Australie ce jeudi 26 janvier, à l’occasion de la fête nationale, comme vous pouvez le voir sur la vidéo en tête de cet article.

Cette journée est de plus en plus conspuée notamment par les communautés autochtones qui y voient un symbole du début de la colonisation. Commémorée le 26 janvier, l’« Australia Day » célèbre l’arrivée de la première flotte européenne dans le port de Sydney en 1788. Ces dernières années, cette journée est devenue le théâtre de manifestations, certains Australiens qualifiant ce « Jour de l’Invasion » de point de départ d’un génocide culturel.

« Ils ont envahi nos terres, tuant nos familles élargies, transformant nos guerriers en esclaves. (...) Comment peut-on célébrer cette journée ? », s’étonne, en plein coeur de Sydney, l’activiste autochtone Paul Silva, défenseur l’abolition de la fête nationale. De son côté, la poétesse autochtone Lizzie Jarrett a jugé que Sydney était « le point zéro d’un génocide des Premières Nations ». « Vous pensez que nous sommes en colère ? Ne seriez-vous pas en colère ? » a-t-elle lancé à la foule de plusieurs milliers de personnes manifestant à Sydney.

Les communautés autochtones non reconnues

Sur les 25 millions d’habitants que compte l’Australie, environ 900 000 s’identifient aujourd’hui comme membres d’une communauté autochtone. La question de la reconnaissance officielle de ces communautés, qui ne sont jamais mentionnées dans la Constitution du pays, adoptée en 1901, divise toujours.

L’historien australien Lyndall Ryan a estimé que plus de 10 000 indigènes ont été tués dans 400 massacres depuis le début de la colonisation britannique. Le gouvernement de centre-gauche australien plaide en faveur de la reconnaissance officielle de ces communautés contrairement au camp des conservateurs qui le juge inutile. Les Australiens seront appelés à se prononcer sur un amendement sur le sujet, qui pourrait donner aux communautés autochtones une « voix » au Parlement, lors d’un référendum obligatoire qui se tiendra cette année.

Jusque dans les années 1960, ces dernières n’avaient pas le droit de vote dans certains Etats et territoires du pays. Les inégalités auxquelles sont confrontées les communautés indigènes sont encore criantes : leur espérance de vie est notamment inférieure de plusieurs années à celle des autres Australiens.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi