"On aura un débat": échange lapidaire entre Bertrand et Macron avant la clôture du Beauvau de la sécurité

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Emmanuel Macron s'est exprimé ce mardi pour clore le Beauvau de la sécurité depuis Roubaix, fief électif du président de la région Hauts-de-France.

Échange sec et empreint de froideur entre Emmanuel Macron et Xavier Bertrand ce mardi à Roubaix (Nord), depuis l'école de police. Les deux hommes se sont salués en amont du discours du chef de l'État destiné à clore le Beauvau de la sécurité. 

Une interaction extrêmement brève à quelques mois de la présidentielle, entre le président de la République qui n'a pas encore levé le voile sur une éventuelle candidature à sa réélection, et le président de la région Hauts-de-France, parti en campagne depuis maintenant plusieurs mois.

Présence "républicaine"

"Merci d'être là", l'a salué Emmanuel Macron, prenant des nouvelles de l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy. "C'est républicain, c'est normal. Malgré nos différences, c'est républicain", a répliqué Xavier Bertrand avec une froideur palpable. "C'est l'esprit qui nous anime. Merci d'ailleurs de continuer à proposer sur ces sujets (la sécurité, NDLR) qui sont si importants", a ensuite renchéri Emmanuel Macron.

"On aura un débat, un vrai débat. Il va venir", a prévenu Xavier Bertrand, ajoutant qu'il aurait "l'occasion de (s')exprimer demain, mais pas aujourd'hui", entrecoupé par Emmanuel Macron, faisant valoir les "actions (...) à conduire avec les ministres".

Xavier Bertrand doit en effet prendre la parole ce mercredi depuis Saint-Quentin (Aisne) afin de présenter ses propositions pour "faire reculer l'insécurité et la violence dans (le) pays", a-t-il déclaré dans un entretien au Figaro, mis en ligne lundi.

"Discours de candidat"

Interrogé par l'Agence France-Presse (AFP) lors de l'allocution présidentielle, Xavier Bertrand s'est refusé à "faire le commentaire d'un discours de candidat. Parce que c'est le discours d'un candidat". 

Pour le patron des Hauts-de-France, qui a fait de la sécurité l'une des lignes de force de sa campagne, "les gens ont compris, il est passé à côté de la sécurité pendant tout ce mandat", a-t-il taclé.

En amont de la séquence, auprès du Figaro, Xavier Bertrand avait déjà pointé "l'échec depuis quatre ans et demi" d'Emmanuel Macron en matière de sécurité. 

"Je ne partage en rien sa politique en matière de sécurité mais je serai présent par respect républicain (à Roubaix, NDLR) et pour témoigner de mon soutien aux forces de sécurité", avait-il prévenu, à l'instar de ses assertions sur BFMTV lundi en fin de journée."Emmanuel Macron n'a pas été capable ni de juguler la violence qui se développe ni de la faire reculer. Il est passé à côté des questions de sécurité", avait-il déjà tancé auprès du quotidien, au diapason de ses déclarations du jour.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles