Aukus : Paris rappelle ses ambassadeurs en Australie et aux Etats-Unis

·1 min de lecture

C'est une décision sans précédent entre ces trois alliés historiques : la France a rappelé ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie. Il faut dire que rarement Paris a été si furieux, et pour cause : l'Australie qui avait commandé en 2016 douze sous-marins à la France, pour un total de 56 milliards d'euros, vient de lui préférer les sous-marins américains. Le partenariat américano-australien s'appelle Aukus. Pour Paris, Aukus est une trahison, autant de Canberra que de Washington, et les mots de cette responsable américaine ne vont pas apaiser sa colère :

"Les bons amis ont des désaccords, a expliqué Linda Thomas-Greenfield, représentante permanente des États-Unis auprès des Nations unies. Mais c'est la nature de l'amitié, et parce que vous êtes amis, vous pouvez avoir des désaccords et continuer à travailler sur ces domaines de coopération. Et nous continuerons à travailler avec nos collègues français sur les domaines de coopération, et à aborder toute tension dans nos relations. Mais nous ne voyons pas ces tensions changer la nature de notre amitié."

Canberra a choisi des sous-marins nucléaires, avec plus d'autonomie et plus discrets que les sous-marins conventionnels que proposait la France. L'Australie assure que ce n'est pas un changement d'idée, mais un changement de besoins qui lui a fait prendre cette décision. La France voit dans l'attitude de Joe Biden la même politique que du temps de Donald Trump, ou l'"America First" domine.

L'objectif du partenariat américano-australien, auquel se rallie également Londres, est de contrer la montée en puissance de la Chine dans la région indo-pacifique. La Chine aurait le plus grand nombre de sous-marins et navires du monde.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles