"Elle vit un calvaire en direct, elle est totalement aux fraises, approximative, perdue" : les internautes très critiques envers l’audition d’Agnès Buzyn sur la gestion de la crise sanitaire

Ce mardi 30 juin, Agnès Buzyn a répondu aux questions des députés dans le cadre d’une commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur sa gestion de la crise du nouveau coronavirus.

Ce mardi 30 juin, Agnès Buzyn a répondu aux questions des députés dans le cadre d’une commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur sa gestion de la crise du nouveau coronavirus. Préparation des hôpitaux, des EHPAD, gestion des stocks de masques, des respirateurs et autres équipements, départ du ministère, l’ancienne ministre de la santé a assumé toutes ses décisions, loin de reconnaître des loupés… et sans convaincre les internautes.

Alors qu’elle était encore ministre, Agnès Buzyn assurait, le 23 janvier dernier, que la France était “extrêmement bien préparée” à l’épidémie due au nouveau coronavirus. Depuis, le pays compte 29 813 morts et 164 260 cas confirmés. Aujourd’hui à peine remise de son échec cuisant à Paris aux élections municipales, elle s’explique ce mardi 30 juin depuis 17 heures devant la commission d’enquête parlementaire sur la gestion de la crise liée au nouveau coronavirus. L’ancienne ministre de la santé se retrouve face à ses contradictions notamment sur la préparation du système hospitalier, la gestion des stocks de masques et les tests.

“J’ai tout vu.” 

Loin de parler de ratés, l’ancienne ministre de la santé s’est félicitée de “l’anticipation” de la France, “sans commune mesure avec les autres pays européens”. Tout en essayant de tirer les leçons de cette crise, Agnès Buzyn est parfois apparue hésitante, consultant régulièrement ses notes, ce qui n’a pas échappé aux internautes.