Publicité

Au Yémen, États-Unis et Royaume-Uni frappent les Houthis, des rebelles soutenus par l’Iran

MOYEN-ORIENT - L’alliance américano-britannique ne compte pas céder face aux provocations des alliés de l’Iran. Des frappes aériennes ont visé, tard dans la soirée ce samedi 3 février, plusieurs régions contrôlées par les rebelles Houthis au Yémen, parmi lesquelles la capitale Sanaa. Il s’agit de la troisième opération conjointe des États-Unis, du Royaume-Uni et des pays qui soutiennent leur alliance à l’encontre des Houthis.

C’est la chaîne de télévision de ces insurgés soutenus par le régime de Téhéran qui a la première fait cette annonce, accusant les États-Unis et la Grande-Bretagne. À Sanaa, des témoins ont fait état de fortes explosions vers minuit heure locale (22 heures en France) et d’un survol aérien intense. « Des frappes américaines et britanniques ont ciblé les régions de Sanaa, Hajja, Dhamar, Al-Bayda, Taëz et Hodeida », a indiqué la télévision Al-Massirah sur X (ex-Twitter).

Citant des responsables américains, l’agence de presse AP a vite confirmé qu’au moins trente cibles rebelles avaient été ciblées, réparties sur une dizaine de lieux. Ces attaques ont été menées par des avions de chasse de l’armée de l’air américaine envoyés depuis le porte-avions USS Dwight D. Eisenhower et par des frappes de missiles tirés depuis des navires stationnés en mer Rouge, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Drones, arsenal et navires

L’attaque a visé « des arsenaux profondément enterrés, des systèmes et lanceurs de missiles, des systèmes de défense antiaérienne et des radars des Houthis », ont confirmé les pays responsables de la frappe dans un communiqué.

Des frappes qui « visent à perturber et à dégrader davantage les capacités de la milice des Houthis, soutenue par l’Iran, à mener ses attaques imprudentes et déstabilisatrices », selon les mots du secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin. Le ministère de la Défense britannique a pour sa part indiqué que ses avions avaient notamment frappé deux stations utilisées pour diriger des drones de reconnaissance et d’attaque.

Tôt ce dimanche 4 février, les États-Unis ont annoncé avoir mené une nouvelle frappe contre un missile antinavire des Houthis qui étaient « prêt à être lancé contre des navires en mer Rouge », selon le Commandement américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

Face à cette offensive, les Houthis ont de leur coté promis de riposter contre les puissances occidentales qui les visent. Les nouvelles frappes « n’ébranleront pas » le « soutien des Houthis au peuple palestinien résistant à Gaza et ne passeront pas sans réponse et sans punition », a ainsi averti Yahya Saree, le porte-parole militaire des Houthis. Sans mentionner de victimes, il a fait état de 48 frappes « durant les dernières heures » dans six provinces, dont treize sur la capitale Sanaa et ses alentours, et neuf dans la région de Hodeida, sous contrôle des Houthis.

Les Houthis mobilisés « en solidarité » avec les Palestiniens

Plus tôt dans la journée de ce samedi, le Commandement américain pour le Moyen-Orient (Centcom) avait déjà annoncé avoir procédé « à environ 19 h 20 » locales (soit 17 h 20 à Paris) à des frappes au Yémen visant six missiles antinavires des Houthis « prêts à être lancés contre des navires en mer Rouge », où ces rebelles proches de l’Iran multiplient les attaques ces dernières semaines, en particulier dans le contexte du conflit à Gaza.

Les Houthis, en guerre contre le pouvoir au Yémen depuis 2014, contrôlent de vastes régions de ce pays pauvre de la péninsule arabique. Depuis la mi-novembre, ils mènent des attaques contre des navires marchands en mer Rouge et dans le golfe d’Aden, et tirent des missiles en direction d’Israël qui ont été interceptés. Ils affirment agir ainsi « en solidarité » avec les Palestiniens à Gaza. « Soit il y a la paix pour nous, la Palestine et Gaza, soit il n’y a pas de paix et pas de sécurité pour vous dans notre région », avait prévenu à cet égard samedi un autre porte-parole des Houthis, Nasr al-Din Amer. « Nous répondrons à l’escalade par l’escalade. »

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont mené ces dernières semaines plusieurs frappes contre des cibles des Houthis au Yémen, y compris à Sanaa. Dans la journée de vendredi, les Américains ont également mené des frappes contre des troupes d’élites iraniennes et des soutiens de l’Iran basés en Syrie et en Irak, s’attirant la colère de la Russie qui a réclamé une réunion en urgence du Conseil de sécurité de l’ONU.

À voir également sur le HuffPost :

Les frappes américaines contre les Houthis ont été supervisées par Lloyd Austin depuis son lit d’hôpital

La guerre Israël-Hamas a des conséquences aussi en mer Rouge, avec les attaques des rebelles yéménites Houtis