Publicité

Au Salon de l’Agriculture, Emmanuel Macron envisage de renouer avec le format du grand débat

Emmanuel Macron, le 15 janvier 2019, lors d’un grand débat en Normandie.
LUDOVIC MARIN / AFP Emmanuel Macron, le 15 janvier 2019, lors d’un grand débat en Normandie.

POLITIQUE - En bras de chemise, sous le feu des questions, ça vous rappelle quelque chose ? La tenue d’un grand débat entre le président de la République et les agriculteurs samedi 24 février lors de l’inauguration d’un Salon sous tension est plus que jamais d’actualité, selon le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu ce jeudi 22 février.

Salon de l’Agriculture : Les agriculteurs prévoient une manifestation sans même attendre les annonces d’Attal

« Le président de la République n’a jamais esquivé les questions agricoles (...) j’ai cru comprendre qu’il était dans une optique cette année de laisser encore plus de place au débat compte tenu du contexte », a indiqué Christophe Béchu invité de la matinale de France 2. La veille, la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot n’avait pas confirmé mais plusieurs médias dont RTL sont affirmatifs.

Le format du grand débat a été lancé en janvier 2019 face à la crise des gilets jaunes. Emmanuel Macron s’est déplacé dans toute la France pour participer à des échanges - parfois musclés - avec des citoyens tirés au sort. Il a par la suite et à plusieurs reprises vanté cet exercice comme une preuve de sa capacité à écouter directement les Français et leurs revendications.

Les agriculteurs saluent des avancées mais…

Le président de la République inaugure chaque année le SIA, déambulant le plus souvent une journée entière entre les stands. Mais cette année, le rendez-vous annuel du secteur se tient dans un contexte plus que tendu.

Fin janvier, la colère du secteur agricole s’est manifestée par une dizaine de jours de blocage partout en France. Au cœur des revendications, les revenus des professionnels du secteur, l’accumulation de normes françaises et européennes, les accords de libres-échanges, les restrictions sur les pesticides… Mis sous pression un mois avant le début du Salon de l’agriculture, le gouvernement a multiplié les annonces fin janvier, début février avant une dernière salve mercredi, à trois jours du rendez-vous. D’autres sont prévues pendant le Salon, a indiqué la ministre déléguée à l’Agriculture Agnès Pannier-Runacher sur franceinfo ce jeudi.

Les promesses du gouvernement ont été saluées mais la vigilance demeure dans le secteur agricole. « Il y a une telle défiance vis-à-vis du politique aujourd’hui que les gens disent : tant que je ne le vois pas dans ma ferme, je n’y crois pas », a expliqué le président de la FNSEA Arnaud Rousseau qui attend un calendrier rapide et clair pour concrétiser les solutions.

À voir également sur Le HuffPost :

Sur Agri’écoute, ligne d’écoute pour les agriculteurs, les psychologues soulignent une « crise de reconnaissance »

Crise agricole : Au siège de Lactalis à Laval, des agriculteurs « à poil » pour dénoncer le prix du lait