Au Sénégal, Aminata Touré victime de la “vengeance de Macky Sall”

Photo JOHN WESSELS/AFP

Elle a tenu à l’annoncer sur son très actif compte Twitter : “Je viens d’apprendre mon exclusion de l’Assemblée nationale par @Macky Sall en totale violation de la loi. Je reste plus que jamais déterminée à poursuivre mon combat pour l’enracinement de la démocratie sénégalaise et contre sa tentative de 3e mandat moralement et juridiquement inacceptable.”

La députée Aminata Touré réagissait à la décision prise par le bureau de l’Assemblée nationale de la déchoir de son mandat de députée. Votée par 10 voix contre 7, rapporte Séné Plus, cette décision s’est appuyée sur la Constitution du pays, qui indique dans son article 60 que “tout député qui démissionne de son parti en cours de législature est automatiquement déchu de son mandat”.

Aminata Touré avait publiquement pris ses distances vis-à-vis de la coalition présidentielle Benno Bokk Yaakaar (BBY), dont elle avait été la tête de liste lors des dernières élections législatives. S’estimant “trahie”, elle avait indiqué au président de l’Assemblée nationale, le 9 octobre 2022, se retirer du groupe parlementaire de la majorité pour devenir une députée non inscrite. Depuis, elle s’était rapprochée de l’opposition. Cette prise de distance, indique Séné Plus, avait été considérée par la coalition présidentielle comme “une démission de fait”, donc comme le prélude à la perte de son mandat.

Face à Sall à la présidentielle de 2024 ?

Dans un autre article qui analyse longuement cette éviction, Séné Plus y voit “la vengeance de Macky Sall. Le site estime que le président sénégalais a pu voir d’un mauvais œil que sa Première ministre de 2013 à 2014, qui avait affirmé son opposition à un éventuel troisième mandat de celui qui est au pouvoir depuis 2012, se rapproche de l’opposition et devienne une candidate déclarée à l’élection présidentielle de 2024.

Le camp présidentiel n’a jamais digéré le revirement d’Aminata Touré. Une colère renforcée d’ailleurs par l’extrême faiblesse de la marge de manœuvre de BBY dans une Assemblée nationale où les rapports de forces sont légèrement en défaveur de [la coalition de l’opposition] Yewwi Askan Wi”, indiquer Séné Plus.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :