Publicité

Au procès des Barjols, pour un projet d’attentat contre Macron, jusqu’à 5 ans de prison requis

Après quinze jours de procès, les réquisitions contre « Les Barjols » ont été faites ce jeudi 2 février. Ce groupe d’ultradroite est soupçonné d’avoir préparé des actions violentes contre des migrants, des mosquées et même Emmanuel Macron.
BENOIT PEYRUCQ / AFP Après quinze jours de procès, les réquisitions contre « Les Barjols » ont été faites ce jeudi 2 février. Ce groupe d’ultradroite est soupçonné d’avoir préparé des actions violentes contre des migrants, des mosquées et même Emmanuel Macron.

JUSTICE - Les autorités craignaient qu’ils aient voulu attenter à la vie d’Emmanuel Macron. Ce jeudi 2 février, des peines allant de un an avec sursis à cinq ans de prison ferme, ainsi qu’une relaxe, ont été requises au procès des Barjols. Depuis le 17 janvier dernier, treize membres de ce groupe d’ultradroite sont jugés, soupçonnés d’avoir préparé des actions violentes contre des migrants, des mosquées ou des élus.

La peine la plus lourde a été réclamée contre Jean-Pierre Bouyer pour son rôle jugé « moteur » dans un projet d’assassinat d’Emmanuel Macron fin 2018. La procureure antiterroriste a requis trois ans de prison ferme contre Denis Collinet, le fondateur de ce groupuscule qui véhiculait une « idéologie du chaos » et a été un « incubateur d’actions violentes ».

Ils voulaient que « la peur change de camp »

Tout au long de son réquisitoire, la procureure s’est efforcée de restituer à ce dossier son « exacte nature » : « Il ne peut pas faire l’objet d’une analyse binaire », a-t-elle détaillé, « il n’est ni rien, ni tout ». Si leurs projets peuvent sembler « farfelus » ou inaboutis, les membres « actifs » des Barjols ont bien participé à des entrainements et à des réunions de préparation pour s’en prendre à des élus ou à des camps de migrants, avec l’objectif que « la peur change de camp », a clamé la représentante de l’accusation.

Selon elle, le projet d’assassiner le chef de l’État au début novembre 2018, dont sont soupçonnés quatre des 13 prévenus, est « l’aboutissement de tout ce qui s’est passé auparavant au sein des Barjols ».

Répondant par avance à la défense, la procureure a admis que les Barjols étaient « animés d’une révolte sociale » qui fait écho au mouvement des « gilets jaunes », alors en pleine éclosion. Mais établir un parallèle entre les deux mouvances reviendrait, selon elle, à « tordre le cou à la réalité des faits ».

« Fascination pour la violence » et lutte contre « les impurs »

Les Barjols, a-t-elle ainsi argumenté, n’étaient pas focalisés sur le prix des carburants ou les 80 kilomètres/heure mais sur une double « obsession » : « la haine » contre les migrants et contre Emmanuel Macron.

Pour établir la dangerosité des prévenus, la procureure a relevé des « points communs » avec les jihadistes : une même « fascination pour la violence » et la même lutte contre « les impurs » - les « mécréants » dans un cas, les migrants dans l’autre.

« Oserait-on, si ce dossier était lié au jihadisme, vous dire que les éléments matériels sont insuffisants ? », a-t-elle lancé au tribunal, ajoutant : « Pourquoi devrait-on avoir plus de mansuétude dans un dossier d’ultradroite ? »

La fin des débats est prévue ce vendredi 3 février.

À voir également sur le HuffPost :

Lire aussi