Publicité

Au Nigeria, les chiffres abyssaux des pertes de pétrole

Les chiffres sont vertigineux : 619,7 millions de barils de brut, ce qui représente une valeur de 42 milliards d’euros. Ce sont les pertes qu’a enregistrées le Nigeria entre 2009 et 2020.

Sur cette période de onze ans, analyse Vanguard Nigeria, qui cite un rapport de l’Initiative nigériane pour la transparence des industries extractives, ou Neiti, une instance gouvernementale de contrôle du secteur des hydrocarbures, directement rattachée à la présidence de la république, “la valeur totale des pertes brutes entre 2009 et 2020 est supérieure au montant des réserves de change du pays”.

Outre ces chiffres édifiants et déjà faramineux, le site nigérian en ligne ajoute que le géant pétrolier d’Afrique de l’Ouest a perdu également 4,2 milliards de litres de produits pétroliers raffinés, évalués à 1,84 milliard de dollars, entre 2009 et 2018.

Le Nigeria est un pays riche en pétrole, avec une capacité productive de 1,249 million de barils de pétrole par jour. Le pays est donc, théoriquement, le principal producteur de pétrole en Afrique, dépassant la Libye et l’Angola. En outre, en termes de réserves, avec environ 5 663 milliards de mètres cubes, le Nigeria possède la plus grande réserve de gaz en Afrique et la neuvième plus grande du monde.

Conséquences catastrophiques

Mais la production du pays est lourdement grevée par ces pertes dues à des vols et fuites qui font peser, analyse le Vanguard Nigeria, “une grave menace sur l’exploration et l’exploitation du pétrole”. Une menace d’autant plus grave qu’en 2021 l’industrie pétrolière et gazière représentait 72,26 % des exportations du Nigeria, fournissant 40,55 % des recettes publiques et employant 19 171 personnes.

Les pertes économiques en résultant ont d’“énormes conséquences négatives sur la croissance économique, les perspectives commerciales et les bénéfices des compagnies pétrolières”, tout comme sur les services de l’État, tels le réseau routier, les hôpitaux fonctionnels, l’éducation de qualité et la création d’emplois pour les citoyens.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :