Publicité

Au Kenya, des petites fourmis font plier les grands lions

Une étude internationale démontre que la présence de fourmis à grosse tête, dans une réserve située au Kenya, influence drastiquement les proies que les lions peuvent chasser, ou pas.

De minuscules fourmis de quelques millimètres de long peuvent-elles affecter la vie des lions ? Une telle influence paraît absurde. Et pourtant, une équipe internationale de chercheurs a mis en évidence la réaction en chaîne qui permet aux fourmis à grosse tête (Pheidole megacephala) de modifier le quotidien du roi de la savane.

De petites fourmis voraces

La présence de cette fourmi au Kenya est déjà un problème en soi : bien que petite, elle est néanmoins invasive (elle serait originaire d'une île dans l'océan Indien) et vorace. Quelles conséquences a sa présence ? C'est à cette question que répond une étude publiée le 25 janvier 2024 dans la prestigieuse revue Science. Tout a commencé dans la réserve Ol Pejeta Conservancy, connue pour être très impliquée dans la préservation des rhinocéros blanc du nord. Des acacias de l'espèce Vachellia drepanolobium présents dans la zone sont maintenant abîmés.

Ces arbres sont normalement protégés des herbivores par des fourmis Crematogaster spp. qui y habitent. "Les éléphants doivent mettre leurs narines, situées au bout de leur trompe, dans les arbres (pour les manger, ndlr). Et les Crematogaster spp. grouillent alors à l'intérieur de leurs narines", explique à Sciences et Avenir le Pr Jacob Goheen (Université du Wyoming), co-auteur de l'étude. Les pachydermes évitent donc de s'y risquer.

Malheureusement, les plus jeunes fourmis sont dévorées par leurs cousines à grosse tête qui tuent aussi les adultes. Les acacias perdent donc leurs gardiennes et se retrouvent à la merci des éléphants qui les broutent et cassent les branches, augmentant ainsi la visibilité (+13,45 m de visibilité) dans ce milieu. Mais alors, quel rapport avec les lions ?

La réponse est issue d'une recherche de 30 ans, mettant de côté les nouvelles technologies et s'appuyant sur des pièges photographiques, des lions équipés de colliers GPS et des statistiques traditionnelles. "Il existe aujourd'hui de nombreux nouveaux outils impliquant des approches basées su[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi