Publicité

Au Japon, une nouvelle collision entre deux avions, à l’aéroport de Sapporo

Un avion de Japan Airlines passant devant les débris restants d’un avion de ligne à l’aéroport international de Tokyo, à Haneda, le 5 janvier 2024.
RICHARD A. BROOKS / AFP Un avion de Japan Airlines passant devant les débris restants d’un avion de ligne à l’aéroport international de Tokyo, à Haneda, le 5 janvier 2024.

JAPON - Le Japon se serait bien passé de ce nouvel événement dans l’un de ses aéroports. Ce mardi 16 janvier, un avion de Korean Air a « heurté » un appareil vide de la Cathay Pacific au sol à l’aéroport de Sapporo, sans faire de blessés. Il y a deux semaines, un accident similaire avait été meurtrier à l’aéroport de Tokyo.

Dans un communiqué, la compagnie aérienne hongkongaise Cathay Pacific a indiqué qu’un de ses appareils stationné à l’aéroport Shin-Chitose avait été « heurté par un A330 de Korean Air qui circulait au sol ». Elle a précisé qu’il n’y avait ni passagers ni personnels à bord de son avion.

De son côté, Korean Air a assuré, dans un communiqué distinct, que personne n’avait été blessé à bord de son A330 en partance pour Seoul Incheon, où avaient pris place 276 passagers et 13 membres d’équipage.

À 17h35, « un appareil de Korean Air est entré en contact avec un avion de Cathay durant une marche arrière à l’aéroport Shin-Chitose quand un véhicule de manutention au sol d’une tierce partie a dérapé en raison d’importantes chutes de neige », a expliqué la compagnie sud-coréenne. « Il n’y a pas eu de blessés et la compagnie coopère avec toutes les autorités compétentes », a-t-elle ajouté.

46 vols annulés

Hokkaido a été frappée par un front froid ces derniers jours avec des avertissements de fortes chutes de neige émis dans plusieurs villes. Selon certaines informations, 46 vols ont été annulés mardi en raison de fortes chutes de neige.

Ni Cathay ni la Korean Air n’ont estimé le montant des dégâts occasionnés. Les deux transporteurs ont simplement précisé que leurs passagers respectifs seraient transférés à bord d’autres appareils.

Cet incident sur l’île d’Hokkaido, survient deux semaines après une collision au sol, le 2 janvier, entre un Airbus A350-900 de Japan Airlines et un plus petit appareil des garde-côtes nippons. La collision s’est produite à l’atterrissage de l’avion de la JAL à Tokyo-Haneda (île d’Honshu), d’où celui des garde-côtes devait décoller. Les 379 personnes à bord de l’appareil de Japan Airlines ont pu en sortir avant qu’il ne soit englouti par les flammes. Mais cinq des six personnes à bord du petit avion sont mortes.

À la suite de cet accident, le gouvernement japonais a annoncé la semaine dernière avoir renforcé ses procédures de contrôle du trafic aérien. « L’une de mes missions les plus importantes est de restaurer la confiance dans l’aviation (civile, NDLR) et les transports publics », a déclaré le ministre des Transports Tetsuo Saito.

En vertu des nouvelles procédures, un membre du personnel doit constamment contrôler un système de surveillance qui alerte les tours de contrôle en cas d’incursions sur les pistes. Par ailleurs, pour éviter les malentendus, les contrôleurs ne doivent pas dire aux avions à quelle place ils sont dans la file d’attente pour le décollage.

À voir également sur Le HuffPost :

Les orques du Marineland d’Antibes ne seront pas vendues au Japon, leur sort toujours en suspens

Séisme au Japon : une femme de plus de 90 ans sortie vivante des décombres de sa maison