Au Havre, des policiers interceptent un homme sur le point d'agresser son ex-compagne au couteau

·2 min de lecture

L'individu a pu être interpellé alors que les policiers escortaient la jeune femme jusque chez son père en décembre dernier.

Un féminicide évité de justesse ? En Seine-Maritime, des policiers ont réussi à intercepter un homme sur le point d'agresser son ex-compagne avec un couteau en décembre, a-t-on appris ce vendredi auprès du commissariat du Havre. Jugé ce vendredi au tribunal correctionnel du Havre, l'homme a été condamné à 5 ans de prison dont deux avec sursis pour "harcèlement, menaces de mort et violences sur ex-conjoint".

Le 16 décembre dernier, une femme vient déposer plainte au commissariat contre son ex-conjoint, qui vient de l'agresser. Les enquêteurs ont du mal à localiser l'individu: celui-ci n'a pas de téléphone portable et serait vraisemblement sans domicile fixe au moment des faits.

Victime de violences conjugales, la plaignante semble très inquiète. Les enquêteurs de la Brigade locale de protection de la famille (BLPF) demandent à des policiers de l'accompagner sur le trajet entre le commissariat et son domicile, où elle prendra des affaires avant de se rendre chez son père, qui l'héberge pour sa sécurité.

Une décision salvatrice ?

Mais, alertés par le profil dangereux de l'agresseur, les policiers ne s'arrêtent pas là. Ils décident finalement de pousser la démarche plus loin en escortant la jeune femme sur la deuxième partie du trajet, jusque chez son père.

C'est là que l'ex-conjoint, coiffé d'un bonnet et portant un masque, s'approche du groupe et sort un couteau. L'un des fonctionnaires parvient à le plaquer au sol avant qu'il ne s'en prenne à son ex-compagne. Immobilisé, il est menotté et interpellé.

"S'ils n'étaient pas là, elle serait sûrement morte", commente auprès de BFMTV.com le commissaire divisionnaire du Havre, Patrick Longuet.

Il ajoute qu'une demande de décorations à l'égard des policiers qui sont intervenus est en cours.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Féminicides en France : les institutions en faute ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles