Au fait, qu'est-ce qu'AZF?

·1 min de lecture

Il est 10h17 quand le 21 septembre 2001, dix jours après les attentats du 11-Septembre, une très forte explosion retentit à quelques kilomètres du centre de Toulouse. La catastrophe a eu lieu sur le site de l'usine AZF. Après plusieurs heures de flou, les autorités affirment qu'il ne s'agit pas d'une attaque terroriste mais du pire accident industriel survenu en France depuis 1945. L'usine AZF - les initiales d'AZote Fertilisants - appartient alors à la société Grande Paroisse, filiale d'Atofina, née de la fusion entre les branches chimie de Total et Elf-Aquitaine.

Retrouvez toutes les antisèches du Journal de Demain ici.

L'activité principale du site est la synthèse d'ammoniac, d'urée et de nitrates à partir de gaz naturel, afin de concevoir des engrais azotés et des explosifs de mines. Le 21 septembre, un stock de 300 tonnes de nitrate d'ammonium, entreposé dans un hangar, explose soudainement, soufflant tout sur son passage. En guise de comparaison, ce sont 500 tonnes de nitrates d'ammonium qui ont explosé et ravagé le port de Beyrouth il y a un an.

Les causes de l'explosion toujours débattues

A Toulouse, l'explosion de 2001, qui a provoqué un séisme de magnitude 3,4, a laissé une trace indélébile. Le bilan humain est lourd (31 morts et plus de 2.500 blessés), les dégâts matériels atteignent les 3 milliards d'euros. Au soir de la catastrophe, 85.000 personnes sont sans logement, l'explosion ayant détruit ou fragilisé des centaines d'habitations.

Vingt ans après, le traumatis...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles