Publicité

Au Brésil, près de Rio, une tempête provoque des glissements de terrain et fait une dizaine de morts

Une violente tempête a frappé en fin de semaine le sud-est du pays, notamment l’État de Rio de Janeiro, et fait au moins douze morts.

BRÉSIL - Des équipes de secours brésiliennes sont à pied d’œuvre sous une pluie battante, pour venir en aide aux victimes de la violente tempête qui a frappé ce vendredi 22 mars le sud-est du pays, notamment l’État de Rio de Janeiro, faisant au moins douze morts. Les fortes pluies ont notamment provoqué des glissements de terrain, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

À Pétropolis, où quatre personnes sont mortes dans l’effondrement d’une maison et d’un petit bâtiment, une équipe de l’AFP a assisté samedi matin au sauvetage d’une fillette qui avait été ensevelie pendant seize heures sous les décombres, et à la découverte du corps de son père près d’elle.

« Le père a héroïquement protégé la fillette avec son corps et elle a été sauvée (...) Nous sommes dans la douleur, mais reconnaissants pour ce miracle », a déclaré à l’AFP Luis Claudio de Souza, 63 ans, voisin et propriétaire d’un bar du quartier.

Une situation « chaotique »

La tempête a privé d’abri plusieurs milliers de personnes, a déclaré le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, dans un message publié dans la nuit de samedi à dimanche sur la plateforme X. De telles tragédies « s’intensifient avec le changement climatique », a rappelé le président du Brésil, un pays en proie à des catastrophes naturelles à répétition.

Le gouverneur de l’État d’Espírito Santo, Renato Casagrande, a lui décrit une « situation chaotique » dans la ville de Mimoso do Sul, au nord de Rio, où le nombre d’éventuelles victimes des intempéries n’a pu être établi.

Des rivières d’eau et de boue se sont aussi déversées dans les rues escarpées de Pétropolis, où la situation avait été qualifiée de « critique » vendredi par le gouverneur de l’État de Rio, Claudio Castro, qui y a déclaré l’état d’urgence.

La tempête est due à l’arrivée d’un front froid qui a fait des ravages en milieu de semaine dans le Rio Grande do Sul (sud), puis a touché São Paulo et Rio, avant d’atteindre Espírito Santo, ont expliqué les météorologues de l’Institut national de météorologie (Inmet). Cet évènement survient après une vague de chaleur dans la région, où une température ressentie de 62,3ºC a été enregistrée dimanche à Rio de Janeiro.

À voir également sur Le HuffPost :

Attaque à Moscou : journée de deuil national en Russie après la fusillade du Crocus City Hall

Kate Middleton atteinte d’un cancer : Richard Fitzwilliams, spécialiste de la famille royale, décrypte la vidéo