Publicité

Atterrissage d’urgence à Villejuif : le pilote raconte son exploit

« On n'a pas perdu le pilotage de l'avion, on n'a pas fermé les yeux. On n'a pas mis nos mains sur la tête, on a continué et la chance a fait la suite », se félicite le pilote-instructeur.  - Credit:MIGUEL MEDINA / AFP
« On n'a pas perdu le pilotage de l'avion, on n'a pas fermé les yeux. On n'a pas mis nos mains sur la tête, on a continué et la chance a fait la suite », se félicite le pilote-instructeur. - Credit:MIGUEL MEDINA / AFP

Une frayeur qui aurait pu virer au drame. Lundi 4 décembre, un avion bimoteur doit atterrir en urgence en plein Villejuif (Val-de-Marne). Aux commandes, Jean-Pierre Trinaille, 82 ans, instructeur avec plus de 40 000 heures de vol au compteur. Il a, à ses côtés, deux de ses élèves, âgés de 28 et 29 ans. L'octogénaire est resté plus d'une semaine à l'hôpital après ce miracle. Il a raconté son exploit à TF1.

Ce fameux lundi, les trois aviateurs ont prévu d'atterrir à Toussus-le-Noble (Yvelines). Ils se rendent rapidement compte qu'il y a un problème : « Dans un premier temps, on a eu une perte de puissance sur le moteur droit. Le stagiaire était habitué à ce que je fasse des pannes à ce moment-là, et moi, j'ai tout de suite su que ce n'était pas moi. Et le deuxième moteur a commencé à perdre de la puissance », retrace l'instructeur.À LIRE AUSSI Disparition du vol MH370 : les familles bientôt fixées sur les dédommagements

Jean-Pierre Trinaille reprend rapidement les commandes et analyse la situation : il doit poser son avion en plein Villejuif. « Il faut trouver un endroit pour se poser sans causer de dégâts collatéraux importants. C'était complètement urbanisé en dessous. J'avais repéré une plateforme. Une fois que je l'ai vue, je ne l'ai plus quittée des yeux », raconte-t-il.

« On n'a pas fermé les yeux »

Il se félicite de leur réaction : « On n'a pas perdu le pilotage de l'avion, on n'a pas fermé les yeux. On n'a pas mis nos mains sur la tête, on a continué et [...] Lire la suite