Publicité

Attention, prendre de l’Advil pendant longtemps pourrait vous nuire

Senior woman holding pills selection in her hands, close-up.

Pris pour aider à soulager la douleur, les analgésiques comme l’Advil pourraient aggraver l’inflammation de l’arthrite, selon une nouvelle étude scientifique. Prudence donc à ne pas en prendre trop souvent et pendant trop longtemps.

Il y a des médicaments dont on ne doit pas abuser et l’Advil en fait partie. À en croire les conclusions d’une nouvelle étude, qui sera présentée la semaine prochaine lors de la réunion annuelle de la Radiological Society of North America, les analgésiques, pris pour aider à soulager la douleur, pourraient aggraver l’inflammation de l’arthrite, une affection qui touche une ou plusieurs articulations.

Pour parvenir à cette synthèse, une équipe de l'Université de Californie a recruté 277 participants souffrant d'arthrose modérée à sévère du genou. Ces derniers avaient pris des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pendant au moins un an. En parallèle, ils ont analysé les données de 793 autres participants qui souffraient de la maladie mais qui n'avaient, en revanche, pris aucun médicament.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Je vais vous parler d’une maladie qui touche 95% de la population"

Aucun avantage sur le long terme

Tous ont subi des IRM du genou affecté au début de l’étude et quatre ans plus tard. Les résultats ont révélé qu’il ne semblait y avoir aucun avantage à prendre de l’Advil ou un autre médicament de ce type à long terme. Concrètement, au début de l’étude, l’inflammation articulaire et la qualité du cartilage du genou étaient pires chez les participants avec médicaments. Elles s’étaient même détériorées avec le temps.

"L'utilisation des AINS pour leur fonction anti-inflammatoire s'est fréquemment propagée chez les patients souffrant d'arthrose ces dernières années et devrait être revue car un impact positif sur l'inflammation articulaire n'a pas pu être démontré", a expliqué Johanna Luitjens, l'auteur principal de l'étude, tout en précisant qu’à ce jour, "aucune thérapie curative n'a été approuvée pour guérir ou réduire la progression de l'arthrose du genou".

Pour rappel, l’arthrite peut affecter pratiquement n’importe quelle partie du corps mais s’attaque généralement aux hanches, aux genoux, à la colonne vertébrale.

VIDÉO - Arthrite juvénile : comment reconnaître les symptômes de cette maladie ?