Attention à certains médicaments contre l'épilepsie pendant la grossesse

·2 min de lecture
Side view of a caucasian woman pregnant in the bedroom during lockdown coronavirus with the hands on the belly
Side view of a caucasian woman pregnant in the bedroom during lockdown coronavirus with the hands on the belly

Consommés pendant la grossesse, certains médicaments utilisés pour traiter l’épilepsie pourraient avoir des effets néfastes sur la future santé de l’enfant, alerte une étude réalisée par l’université de l’Indiana à Bloomington.

Attention danger ! Les enfants dont la mère a été traitée avec un médicament qui contient de l’acide valproïque durant les trois premiers mois de la grossesse ont plus du double de risque d’avoir un trouble autistique et près du double de risque d’avoir un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), selon une étude publiée ce mercredi 28 octobre dans Neurology, la revue médicale de l’American Academy of Neurology. “Les recommandations cliniques mettent en garde contre l’utilisation de l’acide valproïque pendant la grossesse si possible, en raison d’associations avec des anomalies congénitales et d’autres problèmes de santé chez les enfants”, a confié l’auteur de l’étude Brian D’Onofrio, Ph.D., de l'Université de l'Indiana à Bloomington précisant toutefois que “l'acide valproïque est également un traitement de première intention pour les crises généralisées et peut être la meilleure option pour un contrôle optimal des crises”.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont étudié les dossiers de 14 614 enfants nés de femmes épileptiques entre 1996 et 2011. Dans 23% des cas, les mères de famille ont consommé des anticonvulsivants au cours de leur premier trimestre de grossesse. Les trois médicaments les plus utilisés étaient la carbamazépine, prise par 10% des femmes, la lamotrigine, prise par 7% des femmes, et l'acide valproïque, pris par 5% des femmes.

Estimer les bénéfices / risques

En recoupant les données, les chercheurs ont constaté que les femmes qui ont consommé de l'acide valproïque au cours du premier trimestre avaient un risque 2,3 fois plus élevé d'avoir des enfants diagnostiqués avec l'autisme et un risque 1,7 fois plus élevé d'enfants diagnostiqués avec le TDAH que les femmes qui ont déclaré ne pas prendre de médicaments anticonvulsivants. À noter qu’aucun risque accru n’a été constaté pour celles qui ont pris de la lamotrigine et de la carbamazépine.

“Nos résultats s'ajoutent au nombre croissant de preuves qui suggèrent que certains médicaments anticonvulsivants peuvent être plus sûrs que d'autres pendant la grossesse”, a déclaré le chercheur. "Bien que nous n'ayons pas trouvé que les médicaments causaient directement l'autisme ou le TDAH, notre étude étend les travaux antérieurs sur les issues de la naissance en démontrant un lien entre l'acide valproïque et les problèmes à long terme. Nos résultats suggèrent que les femmes qui utilisent des médicaments anticonvulsivants, en particulier l'acide valproïque, devraient estimer les bénéfices / risques potentiels pour le fœtus, ainsi que la gestion continue des crises, dans leur prise de décision avec leur médecin si elles envisagent de tomber enceinte"

Des études complémentaires doivent toutefois être menées pour confirmer ces résultats.

Ce contenu peut également vous intéresser :