Publicité

Attentat en Israël : deux Français blessés à Raanana dans une attaque à la voiture bélier, ce que l’on sait

Les médecins légistes de la police israélienne inspectent une voiture endommagée après l’attaque à la voiture bélier, survenue dans le centre-ville de Raanana.
JACK GUEZ / AFP Les médecins légistes de la police israélienne inspectent une voiture endommagée après l’attaque à la voiture bélier, survenue dans le centre-ville de Raanana.

PROCHE-ORIENT - Un acte condamné « avec la plus grande fermeté » par la France. Alors que la guerre entre Israël et le Hamas a passé le cap symbolique des 100 jours dimanche, l’État hébreu a été visé par un attentat ce lundi 15 janvier à Raanana, dans le centre du pays.

Guerre Israël-Gaza : le Hamas annonce la mort de deux otages dans une vidéo

Réalisée à l’aide d’une voiture bélier, l’attaque a provoqué la mort d’une femme et fait 17 blessés, selon le dernier bilan. Parmi eux se trouvent deux Français, comme l’a révélé ce lundi soir le Quai d’Orsay. Le HuffPost fait le point sur les premiers éléments connus de cet attentat meurtrier qui a été condamné sans détour par Paris.

· Voiture encastrée

Située à une vingtaine de kilomètres de Tel-Aviv, la ville de Raanana a été le théâtre d’une attaque en plusieurs phases, comme le révèlent les médias israéliens. Selon les premiers éléments disponibles, deux hommes auraient d’abord tenté de voler une voiture après avoir poignardé la conductrice.

Par la suite, le véhicule aurait servi à renverser des passants sur plusieurs sites. Des images filmées sur place par l’AFP montrent une voiture encastrée dans un lampadaire près d’une station de bus.

Ce qui vient confirmer la version avancée par la police israélienne et relayée par Haaretz, selon laquelle le conducteur aurait perdu le contrôle du véhicule avant d’en trouver au moins deux autres pour faire de nouvelles victimes.

· Un mort et des Français parmi les blessés

Si les conditions de l’attaque sont encore troubles, les informations fournies sur les victimes permettent déjà d’entrevoir la violence de l’attaque. Le premier bilan des services de secours fait donc état de 17 blessés en plus d’une femme septuagénaire décédée à la suite de ses blessures.

L’hôpital Meir de Kfar Saba a indiqué que cette femme « blessée, admise dans un état critique, était décédée malgré les efforts de réanimation ».

Parmi les blessés, deux se trouvent dans un état grave. Les services médicaux ont par ailleurs indiqué que six enfants ont été hospitalisés. Concernant le sort des deux Français victimes de l’attaque, le Quai d’Orsay a seulement indiqué qu’il s’agissait de « jeunes compatriotes ».

· Deux suspects palestiniens arrêtés

De son côté, la police israélienne a rapidement annoncé avoir arrêté deux suspects palestiniens originaires de la région d’Hébron, en Cisjordanie. Le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai a expliqué aux journalistes sur place « que les deux auteurs de l’attaque (avaient) un lien de parenté, résidents des territoires (palestiniens), qui sont arrivés de manière illégale » sur les lieux de l’attaque.

Le Shin Beth, le service de sécurité intérieur, a de son côté précisé dans un communiqué qu’il procédait à l’interrogatoire des deux suspects, âgés de 25 et 44 ans. Le plus jeune des suspects serait le neveu de son complice. Il a été arrêté après avoir fui les lieux. Le plus âgé des deux a quant à lui été arrêté après avoir volé trois voitures différentes.

Les deux hommes avaient été inscrits sur une liste noire pour être entrée de manière illégale en Israël plusieurs fois avant cette attaque, comme le rapporte Times of Israël.

Auprès d’Haaretz, le commandant du district central de la police, Avi Bitton a également confirmé que l’enquête se poursuivait pour tenter de trouver d’éventuels complices.

À voir également sur Le HuffPost :

En Turquie, deux joueurs israéliens s’attirent les foudres d’Ankara avec des messages de soutien aux otages

Guerre Hamas-Israël : « beaucoup » d’otages seraient morts « récemment », selon le groupe islamiste