Publicité

Attentat d’Arras : Dominique Bernard était particulièrement visé, affirme l’assaillant Mohammed Mogouchkov

Attentat d’Arras : l’assaillant affirme qu’il visait spécifiquement le professeur Dominique Bernard

TERRORISME - L’assaillant de l’attentat d’Arras (Pas-de-Calais) a affirmé, lors de ses interrogatoires en novembre et janvier, avoir intentionnellement ciblé le professeur de lettres Dominique Bernard, le 13 octobre 2023, pour s’attaquer au symbole de « l’amour » de la France.

« Dominique Bernard était professeur de français, c’est l’une des matières où on transmet la passion, l’amour, l’attachement du système en général de la République, de la démocratie, des droits de l’homme », a expliqué le 10 novembre Mohammed Mogouchkov à la juge d’instruction, d’après des éléments dont l’AFP a eu connaissance.

Après les faits, des témoins avaient raconté que le jeune homme, aujourd’hui âgé de 21 ans, semblait chercher le proviseur de l’établissement ou « le professeur d’histoire », sans mentionner d’enseignant de lettres.

"C’était l’attache principale"

Mais Mohammed Mogouchkov le revendique : il s’en est pris à son ex-professeur, dans son ancien établissement, pour les valeurs qu’il incarnait mais sans avoir « de problème particulier avec lui ».

Dominique Bernard était-il sa seule cible ? « C’était l’attache principale », « intentionnelle », acquiesce-t-il, évoquant un plan élaboré « une à trois semaines à l’avance ».

« Les moyens utilisés, le jour choisi (le vendredi), l’emplacement et la cible étaient intentionnels, c’était planifié » : il effectue des repérages « des vendredis précédents », achète « deux couteaux pliants » - l’un la veille, l’autre sept jours avant - et décide d’agir un vendredi, le jour « avec la plus grande symbolique de l’islam ».

En revanche, les « moments » qui ont suivi le « premier coup de couteau » à Dominique Bernard « étaient improvisés ».

"Je n’ai jamais visé de femme"

Réentendu le 12 janvier, le suspect précise alors avoir « refusé » de tuer les trois personnes qu’il a aussi blessées, « comme une pitié de les voir mourir ou se faire tuer en état de mécréance ». Il prétend avoir eu « plutôt l’envie » de les pousser à croire, « en leur parlant ». « Je n’ai jamais visé de femme », a-t-il aussi tenu à souligner.

Sollicité par l’AFP, son avocat, Me Verlaine Etam Sone, n’a pas souhaité commenter. Dans cette affaire, son jeune frère et son cousin, également mis en examen, ont été interrogés respectivement en novembre et en décembre.

Les enquêteurs soupçonnent notamment son frère, 16 ans, de complicité d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste. En cause : une discussion où il répond aux questions de Mohammed sur le maniement des couteaux.

Avec Mohammed, « on pouvait parler de tout, de potagers » et, aussi, de décapitation, c’était « une discussion comme une autre », a décrit le frère devant la juge d’instruction en décembre. Il explique avoir « une passion » pour les armes et les vidéos violentes en tout genre.

"Viens prendre du thé une dernière fois"

Cette discussion sur les armes ne l’alarme pas, mais le ton « souriant » de Mohammed la veille de l’attentat, si. « Viens prendre du thé une dernière fois », lui dit l’assaillant. « Je lui ai demandé : “ça veut dire quoi ?” et il m’a dit : “non, rien” », se souvient le frère.

Après cet échange, il raconte avoir contacté son cousin, 15 ans, pensant que Mohammed Mogouchkov préparait une « action violente » ou un « départ pour le jihad » mais pas un attentat, assure-t-il. Contacté, l’avocat du frère, Me Ambroise Vienet-Legué, n’a pas souhaité commenter.

Le matin des faits, le cousin et le frère se retrouvent. « On réfléchissait surtout à qui on devrait le dire », explique-t-il à la juge d’instruction en décembre. « La première personne qui venait (à l’esprit), c’était mon père », seul « capable de rappeler Mohammed à l’ordre », mais « on ne savait même pas où (mon père) était ».

Fiché S pour radicalisation islamiste, le père a été expulsé de France en 2018 vers la Russie, où il est resté un an. Fin octobre, il déclarait depuis l’Arménie à l’AFP condamner le geste de son fils.

La mère de l’assaillant se constitue partie civile

Depuis le début des investigations, l’entourage de l’assaillant préoccupe les enquêteurs, qui ont retrouvé plusieurs armes dans la cave du domicile familial.

L’aîné des Mogouchkov, Movsar, est actuellement incarcéré pour ne pas avoir dénoncé un projet d’attentat aux abords de l’Élysée. Mais il n’est pas poursuivi à ce stade pour celui d’Arras.

La mère s’estime victime collatérale de l’attentat, notamment car sa plus jeune fille a été placée en foyer, et a demandé à se constituer partie civile. La décision en appel sera rendue mercredi.

De son côté, Mohammed Mogouchkov a répété avoir agi seul : « aucune personne n’était au courant de ce projet ou même de cette volonté ».

À voir également sur Le HuffPost :

Procès des attentats de Trèbes et Carcassonne : six ans après, ce Super U n’est toujours pas « comme les autres »

Belgique : le passager d’un Flixbus alerte sur un potentiel risque d’attentat « terroriste »

VIDÉO - Attentat d'Arras : "La seule solution qui existe pour ces enfants élevés dans la radicalisation est terrible: c'est de les retirer de leur milieu familial", estime l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic