Publicité

Attaques du Hamas: Israël dénonce "le pire massacre de civils innocents de son histoire"

Lors d'un point-presse ce dimanche, le porte-parole de l'armée israélienne a qualifié les attaques du Hamas contre l'État hébreu de "massacre". Plus de 700 personnes sont mortes.

Un jour sanglant dans l'histoire de l'État hébreu. Le samedi 7 octobre 2023 restera marqué par "le pire massacre de civils innocents de l'histoire d'Israël", a dénoncé ce dimanche Daniel Hagari, un porte-parole de l'armée israélienne (Tsahal), lors d'un pointpresse au lendemain des attaques terroristes meurtrières du Hamas.

Au moins 700 Israéliens sont morts, a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi l'armée israélienne, affirmant que plus de 2.150 personnes ont été blessées. Un bilan provisoire, qui risque de s'aggraver dans les prochaines heures.

Samedi, sous le couvert d'un déluge de roquettes tirées sur Israël, les combattants du Hamas, à bord de véhicules, de bateaux et même de parapentes motorisés se sont joués de l'imposante barrière autour de Gaza, attaquant des positions militaires et des civils en pleine rue.

"Les prochains jours seront longs et difficiles"

Près de 150 Israéliens ont en outre été kidnappés par le Jihad Islamique et le Hamas et ont été faits otages dans la bande de Gaza, a indiqué le porte-parole de l'armée israélienne pour la presse française sur BFMTV.

"Le Hamas a déclenché une guerre contre Israël avec le pire massacre de civils innocents de l'histoire d'Israël", a dénoncé Daniel Hagari, promettant une réponse "forte et déterminée" de l'État hébreu.

"Les prochains jours seront longs et difficiles", a prévenu le porte-parole de l'armée israélienne. "Nous restaurerons la sécurité du peuple d'Israël", a-t-il martelé.

Selon cette source, le Hamas "se comporte comme l'État Islamique" et les responsables du groupe terroriste "se cachent dans les écoles, les hôpitaux et les mosquées de Gaza".

L'armée israélienne, qui a compté plus de 3.000 tirs palestiniens, a riposté par des frappes aériennes et déclenché l'opération "Sabre de fer", détruisant des bâtiments présentés comme des "centres de commandement" du Hamas à Gaza. L'enclave palestinienne a été une nouvelle fois bombardée dans la nuit de dimanche à lundi.

Des dizaines de milliers de soldats israéliens poursuivent lundi leur déploiement dans les régions désertiques près de la bande de Gaza pour tenter d'en reprendre le contrôle face aux combattants du Hamas. Les combats ont fait plus de 1.100 morts au total dans les deux camps depuis samedi.

"La première phase est en train de s'achever [...] par l'élimination de la grande majorité des forces ennemies qui se sont infiltrées sur notre territoire", déclarait quelques heurs plus tôt le Premier ministre Benjamin Netanyahu en avertissant les Israéliens qu'ils étaient "embarqués dans une guerre longue et difficile".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Attaques du Hamas contre Israël: l'angoisse des familles en France