Astrologie : en amour et dans leur sexualité, ces personnes font confiance aux astres

Pink background
Crispin la valiente / Getty Images Pink background

AMOUR - Ils sont douze, comme les signes du zodiaque. Douze garçons célibataires qui participent à Cosmic Love, la nouvelle émission de télé réalité présentée par Nabilla Vergara, lancée il y a une semaine sur Amazon Prime et dont les six derniers épisodes sont en ligne ce vendredi 13 janvier. Douze candidats qui devront conquérir le cœur de l’une des quatre femmes présentes dans le show en se fiant à leur compatibilité astrologique.

Ce « dating show » surfe sur l’engouement actuel autour de l’astrologie - « l’outil parfait, selon Nabilla, pour trouver la personne qui [nous] est destiné ». Comme les candidats de Cosmic Love, ils sont nombreux à confier, de près ou de loin, une partie de leur vie sentimentale et sexuelle à l’interprétation des astres.

C’est le cas de Maël, jeune réalisateur de 24 ans qui vit à Paris : « Je vais plutôt dater des signes d’eau, comme les Scorpions ou les Cancers. Je suis Poisson et les signes de terre sont aussi compatibles avec moi. En revanche, les signes de feu, c’est compliqué… Même si le Bélier est un très bon coup. » L’astrologie jusqu’au fond du lit.

Pour Mathilda*, 24 ans elle aussi, les signes avec lesquels elle est compatible sont « les Lions, les Sagittaires, les Capricornes, les Verseaux et parfois les Gémeaux ». Elle admet ne plus dater les personnes dont elle est « sûre que le signe astrologique n’est pas compatible » avec le sien.

Des sites et applis dédiés

Ils ne sont pas les seuls à prendre les astres au sérieux. Selon une enquête de l’Ifop sur le rapport des jeunes à la science et au paranormal, parue le 11 janvier 2023, 49 % des jeunes âgés de 18-24 ans - sur un échantillon de 924 sondés - estiment que « l’astrologie est une science ». Il n’existe pourtant aucune étude scientifique qui prouve que la position des astres au moment de notre naissance a la moindre influence sur notre personnalité. Au contraire : en 2003, des chercheurs ont par exemple soumis 2 000 couples de jumeaux astrologiques - des personnes nées au même endroit, à la même date et à la même heure - à des tests de personnalité.

Ils ont publié leurs résultats dans le Journal of Consciousness Studies : les jumeaux astraux ne se ressemblent pas plus que deux personnes prises au hasard. « La possibilité que l’astrologie puisse avoir un rapport avec la conscience et le psi (les phénomènes psychiques paranormaux tels que la voyance, la prémonition ou la télépathie, ndlr) n’est pas niée, mais de telles influences, si elles existent en astrologie, semblent être très faibles ou très rares » écrivent les scientifiques dans leurs conclusions.

Mais dans l’immense marché de la séduction, l’astrologie est devenue pour certains un outil comme un autre pour choisir. Si bien que plusieurs sites ou applications basés sur la compatibilité astrologique ont vu le jour. Ils s’appellent Struck, Stars Align ou encore Twelv, qui a été créé par deux astrologues, Zoé Lafont et Christine Haas. Cette dernière nous explique son fonctionnement : « Cinq critères notés sur 100 définissent la compatibilité entre deux personnes : les affinités, la complicité, les sentiments, la sexualité et la stabilité. »

« Si la personne renseigne bien sa date, son heure et son lieu de naissance, le moteur sortira la description de sa personnalité et sa psychologie. Et il la mettra en relation avec des personnes qui lui correspondent. »

Se rassurer sur l’entente potentielle

L’intérêt de Twelv selon sa cofondatrice ? « On n’a pas à se décrire, à se vanter, à dire des choses qui ne sont pas toujours vraies. On présente des personnes qui ont de vrais points communs ». L’astrologue précise néanmoins que « l’astrologie n’est pas une science. C’est un art d’interprétation. Elle est utile pour donner un sens. »

Autre précision importante selon elle : le site n’est pas uniquement basé sur le signe solaire - celui qui est le plus couramment cité - mais sur le thème astral. Il prend en compte la position de toutes les planètes du système solaire, du soleil et de la lune au moment de votre naissance pour définir votre personnalité.

Christine Haas et son associée ont créé Twelv il y a six ans en surfant « sur la vague des millenials qui s’intéressaient à l’astrologie ». Elles se sont aussi rendu compte que certaines personnes souhaitaient être sûres d’avoir des atomes crochus avant de potentielles rencontres. Mathilda, aujourd’hui en couple, avoue que l’astrologie lui permettait de sélectionner des gens avec qui elle pouvait bien s’entendre.

« Mais c’était plutôt pour me rassurer, admet la jeune femme. Je me disais : cette personne n’est pas compatible avec moi donc je ne prends pas la peine ni le temps pour la fréquenter ».

Pour Maël aussi, connaître sa compatibilité astrologique lui permet de se « rassurer sur l’entente possible » avec la personne qu’il date. Mais il précise : « Ce n’est pas le seul critère. C’est un petit plus. Je vais me retourner sur une personne sur laquelle je ne me serais pas forcément arrêté. Je vais être plus attentif à son profil. »

« Je prends plutôt ça comme un jeu »

De là à faire une croix sur les personnes avec qui ils ne sont pas compatibles astrologiquement parlant ? « Je ne pense pas passer à côté de belles histoires, continue le jeune homme. J’ai quand même tenté avec des personnes non compatibles. Il s’avère que la fin est toujours la même : je ne suis plus avec la personne. »

Idem pour Mathilda, qui a fréquenté des garçons dont le signe ne collait pas avec le sien. « On s’est bien entendu, mais ça n’a jamais abouti à quelque chose de vraiment sérieux. J’ai fréquenté des gens dont le signe était Scorpion ou Balance. C’est sympa à court terme mais les relations ne tiennent pas longtemps », relate-t-elle.

Mais la vingtenaire assure garder tout de même une forme de distance avec l’astrologie : « J’ai conscience que c’est subjectif. Je prends plutôt ça comme un jeu. Quelqu’un peut avoir un signe astrologique cool et une mauvaise éducation, ça ne passera pas. »

Maël essaye parfois « de prendre du recul » car il ne veut « pas passer à côté de certaines histoires ». Mais quand il rencontre une personne avec qui le courant passe très bien, le réalisateur aime jeter un œil à leur compatibilité astrologique pour confirmer son intuition : « Souvent, c’est véridique. On est compatibles. Les étoiles ne se trompent pas tellement. » Et si elles se trompent, on pourra toujours dire que Mercure était en rétrograde.

*Ce prénom a été modifié

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi