Publicité

Un astéroïde de 50 mètres de diamètre, semblable à celui qui a provoqué l'évènement de la Toungouska, pourrait percuter la Terre en 2046

Une explosion semblable à celle qui avait frappé en 1908 le cœur de la Sibérie, balayant alors 2000 kilomètres carrés de forêt, pourrait se produire quelque part sur Terre le 14 février 2046, selon les prédictions actuelles des astronomes. En cause, un astéroïde géocroiseur récemment découvert de taille d’un terrain de handball. Les probabilités sont heureusement très minces.

Qu’on se rassure. L’astéroïde "2023 DW" n’a, selon les estimations actuelles des astronomes, qu’une chance sur 625 de percuter la Terre en 2046. Soit, pour présenter les choses de manière encore plus optimiste, 99,84% de chance de passer à côté de notre planète. Sans compter que les calculs doivent être encore affinés. Et comme c’est souvent le cas pour les risques concernant les astéroïdes géocroiseurs, les estimations ultérieures abaisseront et écarteront même probablement encore le niveau de danger.

Echelle de Turin

Pour l’heure, 2023 DW figure néanmoins en pole position de la "liste à risque" de l’Agence spatiale européenne, qui comporte près de 1500 objets. Et il a été classé au niveau 1 dans l’échelle dite "de Turin", qui sert à caractériser à la fois les risques et le potentiel destructeur d’un impact, avec des valeurs allant de 0 à 10. Pour ce niveau 1, "une collision est extrêmement improbable sans motif d’attention ou d’inquiétude du public. Les nouvelles observations télescopiques conduisent très probablement à une réaffectation au niveau 0."

Une vitesse proche de 90 000 km/h

Cet astéroïde a été découvert le 26 février 2023 par un télescope situé au Chili, dans le désert de l’Atacama, alors qu’il vagabondait à quelque 10 millions de kilomètres de notre planète. Selon les calculs de la Nasa, il mesurerait 49,29 mètres de diamètre et effectuerait une orbite complète autour du Soleil en 271 jours à la vitesse de 89 000 km/h. Il se trouve actuellement à 17,9 millions de kilomètres de la Terre… mais frôlera et pourrait même percuter la Terre (avec une très faible probabilité, rappelons-le) le 14 février 2046 (soit le jour de la Saint-Valentin !) à 21h44 selon le temps universel coordonné (UTC).

L’équivalent de 1000 bombes d’Hiroshima

Alors que la taille de 2023 DW (environ 50 mètres de diamètre) n’est pas assez importante pour susciter une catastrophe planétaire (plus de 1000 mètres de diamètre) ni même régionale (plus de 140 mètres de diamètre), l’objet pou[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi