Publicité

Assistants parlementaires européens du FN : Marine Le Pen jugée en 2024

Le Rassemblement national défend Marine Le Pen, qui n'a commis « aucune infraction ni irrégularité ».   - Credit:LUDOVIC MARIN / AFP
Le Rassemblement national défend Marine Le Pen, qui n'a commis « aucune infraction ni irrégularité ». - Credit:LUDOVIC MARIN / AFP

Marine Le Pen, son parti et 26 autres personnes ont été renvoyés par deux juges d'instruction devant le tribunal correctionnel de Paris, a indiqué le parquet de Paris, confirmant une information de France Info. Ils sont soupçonnés d'avoir participé à un système de détournement de fonds publics européens entre 2004 et 2016.

Une première audience sur l'organisation du procès pour détournement de fonds publics et complicité est prévue le 27 mars prochain, avant les débats au fond qui auront lieu en octobre et novembre 2024, a précisé le parquet. « Cette décision n'est malheureusement pas une surprise », a réagi dans un communiqué Me Rodolphe Bosselut, avocat de la présidente du groupe Rassemblement national (RN) à l'Assemblée nationale.

À LIRE AUSSI Marine Le Pen : extrême droite ou pas ?

« Aucune infraction »

Le RN a affirmé vendredi que Marine Le Pen n'avait « commis aucune infraction, ni irrégularité », après son renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris, ainsi que celui de son parti et de 26 autres personnes soupçonnés d'avoir participé à un système de détournement de fonds publics européens entre 2004 et 2016.

À LIRE AUSSI Lutte contre l'antisémitisme : la récupération presque parfaite du RN ! « Nous contestons formellement les accusations formulées contre nos députés européens et assistants parlementaires », a réagi le parti, assurant que le procès lui donnerait « enfin l'occasion » de se défendre sur le fond « et de faire valoir (ses) arguments de bon sens ».