Publicité

Assistants d’eurodéputés : Marine Le Pen et 26 personnes renvoyées en correctionnelle

Deux juges d’instruction financiers ont ordonné vendredi le renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris de Marine Le Pen, du Rassemblement national et de 26 autres personnes, soupçonnés d’avoir participé à un système de détournement de fonds publics européens entre 2004 et 2016, a indiqué le parquet de Paris, confirmant franceinfo.

À lire aussi FPÖ autrichien, AfD allemand, monarchistes polonais… Les encombrants alliés européens du RN

Une première audience sur l’organisation de ce procès pour détournement de fonds publics et complicité est prévue le 27 mars 2024 avant les débats au fond qui auront lieu en octobre et novembre 2024, a précisé le parquet.

« Cette décision n’est malheureusement pas une surprise », a réagi dans un communiqué Me Rodolphe Bosselut, avocat de la présidente du groupe RN à l’Assemblée nationale.

Marine Le Pen, qui a toujours contesté toute infraction dans ce dossier, sera jugée pour détournement de fonds publics et complicité.

Son père, cofondateur en 1972 du parti à la flamme, sera également sur les bancs des prévenus aux côtés du maire de Perpignan Louis Aliot, de l’ex-numéro 2 du parti Bruno Gollnisch, du vice-président exécutif de Reconquête ! Nicolas Bay, et de l’ex-trésorier Wallerand de Saint-Just ou encore du député et porte-parole du RN Julien Odoul.

Au total, ce sont 11 personnes ayant été élues eurodéputés sur des listes Front national (rebaptisé RN depuis), 12 autres ayant été leurs assistants parlementaires, ainsi que ...


Lire la suite sur ParisMatch