Assez de concerts virtuels, vive la scène !

Par Anne-Sophie Jahn
·1 min de lecture
Festival Rock en Seine le 24 août 2019
Festival Rock en Seine le 24 août 2019

Au premier jour, il y avait la curiosité. Plongés dans l'isolement forcé par la pandémie Covid-19, ayant pour seul moyen de contact avec le monde un objet froid et glissant : l'écran de notre portable ou tablette, nous dérapions de page en page sur le Net, avides d'images d'artistes en pyjama dans leurs intérieurs cotonneux. Pour la première fois, nous touchions du bout du doigt l'intérieur des stars, pénétrions dans leur salon et les découvrions mal peignés et pas maquillés, attablés à leur piano, hurlant à tue-tête vers la caméra de leur smartphone des tubes habituellement interprétés pour des milliers de spectateurs dans des stades. C'était nouveau, inédit, un peu voyeur. Sous ses étagères à Grammy Awards, John Legend, en peignoir et sans pantalon, jouait pendant près d'une heure des reprises (« Love's in Need » de Stevie Wonder) et des hits All of Me »), devant plus de 2 millions de followers (les nouveaux spectateurs) et sa femme (le mannequin Chrissy Teigen) vêtue d'une unique serviette de bain. Les fans de Christine and the Queens ont pu l'observer en train de se lancer dans d'étranges chorégraphies ou chantant une version acoustique de « People I've Been Sad » dans un vélo-brouette. Ceux du joli Charlie Puth ont déchanté quand ils ont découvert le désordre de sa chambre à coucher.

À LIRE AUSSIÀ la maison avec Lady Gaga, Paul McCartney, Elton John et Billie Eili

Fin mars, après deux semaines de confinement, les idoles de la pop étaient tombées un [...] Lire la suite