Attentat de Conflans: le père d'élève déféré se dit "bouleversé" par les faits

Mélanie Bertrand et Hugues Garnier
·2 min de lecture
Justice (Photo d'illustration) - AFP
Justice (Photo d'illustration) - AFP

Brahim C., le père de la collègienne qui s'était plaint du professeur dans plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux, est "bouleversé par l'horrible assassinat de Samuel Paty". Cinq jours après les faits, c'est ce qu'affirme ce mercredi à BFMTV l'avocat de ce père de famille, qui avait dénoncé le cours de l'enseignant sur la liberté d'expression sur les réseaux sociaux.

Selon l'avocat, le père de la collégienne affirme qu'il ignorait les intentions d'Abdoulakh A., l'auteur de l'attentat perpétré vendredi dernier à Conflans-Sainte-Honorine.

"Il n'a jamais cherché à entrer en contact directement avec le professeur mais toujours par l'intermédiaire de l'établissement", affirme l'avocat à BFMTV, ajoutant que le père de famille ne connaissait pas l'assaillant.

Le père de famille déféré devant le juge

L'avocat du père d'élève assure enfin à BFMTV que "le terroriste" n'aurait "jamais dit" à son client "qu'il allait passer à l'acte".

Sur les réseaux sociaux, Brahim C. avait appelé à la mobilisation contre le professeur Samuel Paty après son cours sur la liberté d'expression. Il a été déféré ce mercredi devant le juge en vue d'une possible mise en examen dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'enseignant.

Les enquêteurs antiterroristes s'intéressent désormais aux échanges téléphoniques entre ce père de famille et l'assaillant, un réfugié russe tchétchène de 18 ans tué par la police peu après l'attentat.Selon nos informations, l'auteur de l'assaillant et le père de famille ont échangé à trois reprises avant la mort de Samuel Paty. Face aux enquêteurs, l'homme a expliqué ne pas connaître l'assaillant et ne pas se souvenir de leurs échanges. Il a aussi affirmé n'avoir jamais eu connaissance du projet du terroriste contre l'enseignant.

Article original publié sur BFMTV.com