Publicité

Assassinat de James Foley : sa mère a rencontré le terroriste de l’Etat islamique en prison

Dix ans après les faits, les images de James Foley dans son pyjama orange fixant au loin le désert syrien, à côté de ce terroriste tout de noir vêtu, font encore froid dans le dos. Surtout quand on sait le sort tragique que lui a réservé Mohammed Emwazi - alias - « Jihadi John ». On imagine dès lors la force qu’il a fallu à Diane Foley, la mère du journaliste décapité par ce soldat de l’État islamique (El), pour aller rencontrer le complice de son assassin, Alexanda Kotey (« Jihadi George ») en prison.

Mais dans un livre paru en ce début d’année 2024, « American Mother », Diane Foley assure que « la douleur et la haine peuvent continuer éternellement, à moins que vous ne preniez le temps d’essayer d’écouter » l’autre. Elle a, dès lors, voulu bâtir « un pont » entre elle et les assassins de son fils en écrivant à Alexanda Kotey. D’abord via des lettres, puis en le rencontrant par trois fois dans sa cellule de prison. Et selon le « Daily Mail », qui a lu son témoignage, Alexanda Kotey s’est montré sensible à la démarche de la mère.

D’impuissants et tardifs regrets

Diane Foley explique qu’Alexanda Kotey lui a exprimé ses regrets pour le meurtre de James Foley, versant même une larme en expliquant avoir été ému par un documentaire de HBO qu’il avait vu sur la vie du journaliste – en particulier à la vue de son père en pleurs. Le djihadiste s’est même excusé d’avoir causé de la peine à la famille du défunt. En revanche, il n’est pas parvenu à répondre à la question qui hante...


Lire la suite sur ParisMatch