ASCO 2021. Un dispositif innovant pour faciliter la chimiothérapie dans certaines tumeurs cérébrales

·2 min de lecture

Face au glioblastome, une tumeur cérébrale de mauvais pronostic, une société française travaille sur un dispositif implantable qui vise à ouvrir la barrière hématoencéphalique pour augmenter la diffusion locale des chimiothérapies.

Quand les chirurgiens et cancérologues se font bricoleurs ! C'est ce que montre une petite étude, présentée à l’ASCO 2021 — le congrès mondial de l'American Society of Clinical Oncology qui se tient en ligne du 4 au 8 juin — par le Pr Ahmed Idbaih, neuro-oncologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Cette étude porte sur les glioblastomes, des tumeurs cérébrales de mauvais pronostic car à haut risque de récidive.

Une meilleure diffusion de la chimiothérapie dans le cerveau

Ces tumeurs sont en effet connues pour être souvent résistantes aux chimiothérapies orales ou intraveineuses et mal accessibles aux traitements, surtout en raison de l’anatomie locale et de la fameuse (BHE, en anglais blood brain barrier, BBB), une frontière étanche qui isole en quelque sorte le cerveau du reste de l’organisme. Quelques équipes à travers le monde s’évertuent ainsi depuis plusieurs années à “ouvrir” cette barrière.

L'équipe AP-HP Sorbonne Université du Pr Alexandre Carpentier (hôpital de la Pitié-Salpêtrière) a eu une idée astucieuse pour rendre perméable cette BHE. Avec la société française , les chercheurs ont mis au point un dispositif implantable innovant, SonoCloud-9. Celui-ci permet, grâce à l’émission d’ultrasons précédant l’injection de microbulles en intraveineuse, de favoriser une meilleure diffusion de la chimiothérapie, ici du carboplatine, dans le cerveau.

Plus d'explications sont à retrouver dans la vidéo ci-dessous :

Un meilleur passage des chimiothérapies

Tout commence au moment de l’intervention chirurgicale quand le chirurgien réalise une craniotomie, une ouverture du crâne, pour accéder au cerveau et en extraire la tumeur. Mais ici, le volet mis en place après la chirurgie est remplacé par un volet synthétique qui possède la particularité d’émettre des ultrasons à la demande. Sous l’effet des émissions acoustiques, des microbulles, injectées elles dans la circulation sanguine, vont pouvoir exercer un effet dit visco-élastique sur les vaisseaux sangu[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles