AS Monaco: Balogun "veut parfois trop en faire", estime Adi Hütter

Cela fait six matchs consécutifs que Folarin Balogun n’a plus fait trembler les filets. Sa dernière réalisation remonte au 24 novembre sur la pelouse du Parc des Princes. Il s’agit de son seul but sur les onze derniers matchs. Son compteur affiche certes quatre buts et quatre passes décisives, mais le début de l’aventure Balogun à Monaco n’est pas celui escompté.

Le natif de New-York peine à trouver ses marques et espère se relancer dès samedi contre Rodez (17h30) en seizième de finale de Coupe de France.

"C'est plus compliqué en ce moment" admet Balogun

Le principal intéressé le reconnait sans sourciller: “C'est plus compliqué en ce moment. Il faut que je joue plus simple que j'aide l'équipe autrement. Cette période sans marquer ne me fait pas douter de mes qualités, et je veux absolument aider l'équipe.”

Ces dernières semaines Wissam Ben Yedder, auteur de trois buts sur les deux derniers matchs, semble avoir repris le dessus dans l’esprit d’Adi Hütter. Folarin Balogun ne s’inquiète pas pour autant: "On a chacun nos chances, Wissam comme moi. J’essaie de rester humble et d’apprendre de lui, c’est un joueur fantastique. Pour moi il s'agit de m'améliorer et rester moi-même. Je ne suis pas absorbé par le mauvais effet que peut avoir la concurrence."

Selon Hütter : “Il veut parfois trop en faire, et montrer à tout le monde qu'il est un gros transfert” Adi Hütter ne se veut pas alarmiste et garde confiance en son attaquant américain dont il loue régulièrement le professionnalisme. L’entraineur autrichien admet beaucoup échanger avec lui pour faciliter son adaptation : "C'est la première fois qu'il vit cette situation. Il veut parfois trop en faire et montrer à tout le monde qu'il est un gros transfert. Il veut beaucoup marquer, c’est dans sa nature. Parfois dans le football, il y a des phases dans lesquels il faut accepter ça. Il travaille dur pour revenir à son meilleur niveau.”

Folarin Balogun doit aussi s’adapter à un style de jeu différent de celui qui l’a vu briller avec Reims la saisson passée (22 buts toutes compétitions confondues): "Il était l’attaquant référence, rappelle Hütter. Il recevait le ballon directement de l’arrière dans l’espace. Ici à Monaco, c’est différent pour lui. Nous avons plus de possession de balle, notamment dans le camp adverse."

Dans l’attente du déclic

Défaits par le Stade de Reims (1-3) le week-end dernier en championnat, les Monégasques souhaitent se racheter à Rodez en Coupe de France. L’actuel septième de Ligue 2 avait fait tomber l’ASM la saison passée en 32e de finale. Les joueurs de la Principauté ont une revanche à prendre, à Folarin Balogun de tirer son épingle du jeu.

“Cette semaine il a beaucoup marqué sur les différents exercices et matchs. J'ai le sentiment que le déclic va venir plus vite qu’on ne le pense,” positivise Adi Hütter. Folarin Balogun lui ne s’impatiente pas: "Je reste calme, je sais que j'aurai des opportunités de marquer. J'ai vu d'autres joueurs vivre cela. C'est aussi une opportunité pour moi d’apprendre." Parait-il qu’on apprend à tout âge dans le football, cela semble encore plus logique pour un attaquant de 22 ans qui doit confirmer les espoirs placés en lui.

Article original publié sur RMC Sport