Le dernier homme d'une tribu indigène d'Amazonie meurt du Covid-19

·2 min de lecture
Une pirogue abandonnée dans la jungle (illustration Getty Images)
Une pirogue abandonnée dans la jungle (illustration Getty Images)

Aruká est décédé la semaine dernière du Covid-19, au Brésil. Il était le dernier représentant masculin de la tribu indigène Juma. Ses trois filles sont les dernières descendantes d'une tribu autrefois majeure.

Au XVIIIe siècle, ils était entre 12 000 et 15 000 membres de la tribu indigène Juma, en Amazonie. Mais les maladies, l'exode et l'avidité des fossoyeurs de la forêt ont eu raison des Jumas. Aujourd'hui, elles ne sont plus que trois filles, et leur sang est irrémédiablement appelé à se diluer. Le temps était de toute façon compté : Aruká, dernier homme survivant de la tribu, avait entre 85 et 90 ans. Comme un symbole, sa tribu a été rattrapée par l'époque : il est décédé du Covid-19 dans un hôpital du nord de l'Amazonie.

VIDÉO >> Vaccination contre le Covid-19 en bateau pour les communautés de l'Amazonie

Chassés comme des animaux

Leur sort a peut-être été scellé à la fin du XXe siècle. En 1964, Aruká et ses six autres membres de la tribu furent les seuls à échapper à une chasse à l'homme lancée par des milices à la solde d'entreprises peu scrupuleuses, désireuses d'exploiter de nouvelles parcelles de la forêt amazonienne. Plus menacés que des animaux sauvages, ils furent une soixantaine à être exterminés dans le dernier massacre sanglant qu'ait connue la tribu. Juma était encore un jeune homme. Désormais, son peuple s'apprête à disparaitre.

Aruká laisse donc trois filles après avoir contracté le Covid-19. Le jour de sa mort, plus de 1 100 autres personnes sont décédées de la maladie au Brésil. Comme une illustration de la virulence d'une maladie dans un pays où la politique sanitaire mise en place par le président Jair Bolsonaro est plus que critiquée.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :